Namur-Luxembourg Olivier Schandeler est le nouveau T1 d’Ethe. Il donnera son premier entraînement jeudi soir.

Ancien entraîneur d’Athus et de Freylange, Olivier Schandeler reprend du service à Ethe. Il succède à Sébastien Bach.


Olivier Schandeler, comment vous êtes-vous retrouvé à Ethe ?

"Ce n’était pas du tout prévu. J’avais affirmé que je reprendrais peut-être une équipe première en juin prochain. J’en avais parlé à Philippe Fostier qui a contacté le président d’Ethe. Philippe avait compris que je souhaitais reprendre dès maintenant. Dans un premier temps, j’avoue que j’étais un peu réticent à la proposition du club d’Ethe. Il fallait que je m’organise au niveau familial et au niveau de mes autres activités. Au bout du compte, je vais devoir diminuer certaines choses."


Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter le challenge ?

"Je me suis renseigné, notamment auprès de Logan Reichling que je connais bien. J’ai posé beaucoup de questions. Je voulais savoir où était le malaise. Je voulais aussi voir l’organigramme et j’aurai la chance de pouvoir compter sur Jean-Yves Lambert comme T2 . Il quitte l’équipe B qui sera prise en charge pour Grégory Bodet. Jean-Yves connaît bien le groupe, ses défauts, ses qualités. Grâce à lui, mon intégration sera plus rapide. Je dois bien reconnaître aussi que le vestiaire d’une équipe première commençait à me manquer. Au début de saison, j’ai un peu joué avec l’équipe B de Freylange mais un problème de genou m’a contraint à arrêter."


Quelles sont vos ambitions avec Ethe ?

"Je vais essayer de faire passer mon message, ma vision des choses. Avec moi, quand les règles sont fixées, on n’y déroge pas. J’aime bien les jeunes. Avec eux, il y a de l’éducation et de la formation, ça a du sens."


Avec les adultes, on est davantage dans la gestion humaine et le management.

"Dans un premier temps, il y aura donc du dialogue."


Est-il vrai que vous n’assurerez qu’un entraînement sur deux ?

"Non, pas du tout. Je ne suis pas présent mardi parce que j’ai une réunion qui était prévue. Mais à partir de jeudi, je m’occuperai de tous les entraînements. Je n’avais pas envie de faire les choses à moitié."


Vous êtes là jusqu’à la fin de saison ou bien un projet à plus long terme est envisagé ?

"Être le dépanneur de service, cela ne m’intéresse pas mais en football, tout va très vite. On va déjà travailler jusqu’à la fin de la saison, mais la porte est ouverte pour un projet sur plusieurs années."