Namur-Luxembourg Cinq Luxembourgeois étaient présents au Championnat du Monde aux States.

Plus de cinquante pays représentés et, parmi la délégation belge, composée d’une dizaine de représentants, on recensait cinq sportifs luxembourgeois. Trois du Team CCCTRI (Ophélie et Philippe Saussus) et deux du PowerMaxx (Maryanne Octave et Michel Gusbin).

À l’instar de l’édition 2016 en Australie, on retrouvait le couple Gusbin-Octave sur la ligne de départ de Chattanooga dans le Tennessee. "Maryanne s’est qualifiée en Chine en novembre et pour ma part, c’était quelques mois plus tard au Luxembourg", explique Michel Gusbin. "On n’a pas hésité une seconde avant de prendre le slot qui s’offrait à nous et dans la foulée, ce qui n’était pas prévu au programme, c’est la qualification de Maryanne pour l’Ironman d’Hawaï en octobre. Ce qui l’a quelque part obligée à changer ses plans d’entraînement, puisqu’elle venait de faire l’Ironman de Kalmar en Suède et qu’il est impossible de conserver un pic de forme jusqu’au mois d’août. De mon côté, ma préparation a été programmée pour être au top à cette occasion, mais ma préparation n’a pas été optimale à cause d’une blessure au pied en jouant au basket. J’ai d’ailleurs décidé de ne pas reprendre cette année. Le basket et moi, c’est terminé."

Les cinq Luxembourgeois ont réalisé une bonne course dans des conditions difficiles et sur un tracé impressionnant. "C’est sans doute ce que l’on a connu de plus compliqué comme parcours de par sa déclivité, du courant dans l’eau et du revêtement lors du vélo", explique ce dernier. "C’est aussi ce qui explique les temps de tout le monde. Mais ce n’était pas là le plus important. Terminer cette course et se dire qu’on était parmi le gratin mondial pour la deuxième année consécutive suffisait à notre bonheur."

Et dans deux semaines, départ vers Hawaï avec cette fois la seule Maryanne en piste et pour un deuxième Ironman… en deux mois.