Une charte pour la sécurité routière

A.-F. So. Publié le - Mis à jour le

Namur-Luxembourg

Parents d’enfants victimes de la route et autorités étaient réunis hier

GEMBLOUX Olivier, Kevin et les autres enfants fauchés sur la route étaient bien présents , hier, au château du Bailli. Le bourgmestre de Gembloux, Benoit Dispa; le chef de corps de la zone de police Orneau-Mehaigne, le commissaire Claude Bottamedi; et le président de l’ASBL Parents d’enfants victimes de la route (PEVR), Alain Moreau, ont signé, entourés de familles endeuillées, la charte Save (Sauvons la vie de nos enfants). Une première en Fédération Wallonie-Bruxelles.

“La charte pousse les communes à une meilleure politique de sécurité afin qu’il n’y ait plus de jeunes victimes sur nos routes. Après un inventaire des actions réalisées par la commune, le but est d’élaborer un plan d’actions et d’en évaluer la mise en oeuvre avant de remettre le label à la commune”, a expliqué Alain Moreau, président de l’ASBL PEVR et papa d’Olivier, 12 ans, tué à vélo par un conducteur ivre à Gembloux en 2005.

Faut dire que Gembloux a payé un lourd tribut sur les routes. “Et avec l’association, nous voulons aller plus loin encore dans la prévention des accidents. Nous allons définir une hiérarchie des urgences en analysant les zones accidentogènes pour réaliser les aménagements nécessaires”, a indiqué Benoit Dispa.

Ainsi par exemple, une réflexion est en cours sur l’aménagement de chemins cyclables sécurisés. La zone de police Orneau-Mehaigne a décidé de son côté de renforcer les contrôles de petite envergure et sensibilisera davantage les écoles à la sécurité routière, a ajouté Claude Bottamedi.

La charte Save compte sept objectifs, comme celui d’adapter la politique de la mobilité aux enfants ou d’améliorer l’accueil des victimes dès l’annonce du décès de leur enfant.

L’ASBL PEVR, créée en 1995, compte 1.600 membres dont 500 côté francophones. Et soutient les familles ayant perdu un enfant dans un accident de la route. “Ne devenez jamais membre de notre association ! Nous vous souhaitons de ne jamais perdre un enfant dans un accident”, a souligné M. Moreau, qui a su toutefois métamorphoser son chagrin en action positive et constructive pour les autres enfants.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner