Namur-Luxembourg

Philippe Gustin a choisi Namur pour recevoir la légion d’honneur, qui lui sera remise en mai par l’ambassadeur de France en Belgique.

Une dizaine de citoyens belges reçoivent chaque année la légion d’honneur de nos voisins hexagonaux. Même s’il est originaire de Hargimont en province de Luxembourg et si cet ancien prof de français est devenu directeur du comité de jumelage Namur-Lafayette et directeur du Codofil, le conseil pour le développement du français en Louisiane, Philippe Gustin a choisi de recevoir la légion d’honneur à Namur.

Une ville dont il a été nommé ambassadeur, une distinction officielle que Namur n’a accordée qu’à deux reprises. "Je suis un Namurois de la porte de derrière, comme on dit chez les Cajuns." S’il n’y a jamais vécu, celui qui vient de prendre sa retraite après avoir terminé sa carrière outre-Atlantique en devenant le directeur du centre international de Lafayette a trouvé son point de chute chez nous. "Ma maman s’est installée à La Plante après le décès de mon papa. Et une bonne partie de ma famille vit dans le Namurois", explique cet homme dont l’humilité cache le rôle prépondérant qu’il a eu et continue d’avoir auprès des nombreux enseignants belges qui se sont installés en Louisiane.

En toute humilité , Philippe Gustin souhaitait recevoir cet honneur dans le bureau de Frédéric Laloux, qu’il connaît bien : son papa Francis Laloux, à l’époque où il était échevin de la Culture et du Tourisme à Namur, a donné une impulsion forte au jumelage entre Namur et Lafayette. Mais le bâtiment de la Bourse ne convient pas à une décoration aussi protocolaire que la légion d’honneur. La cérémonie devrait donc se tenir au palais provincial. Les invitations doivent encore être envoyées.

Magali Veronesi