Namur-Luxembourg Grégory et Mélanie revenaient de Pairy Daisa quand ils ont été percutés par une autre voiture.

L’audience du tribunal correctionnel de Dinant de ce mardi était consacrée aux appels de police. Pour la moitié des dossiers, il s’agissait de conducteurs sous l’influence d’alcool.

Parmi eux, Medhi, un habitant de Froidchapelle né en 1972, était poursuivi pour des faits graves aux conséquences dramatiques. Il a provoqué un double accident mortel, le 11 juillet 2015, sur la route des Barrages à Walcourt. Il a été condamné en décembre 2016 par le tribunal de police de Dinant à deux ans de prison avec sursis de vingt mois, 6.000 € d’amende avec sursis partiel, un an de déchéance du permis de conduire et l’obligation de repasser tous les examens du permis de conduire, mais le parquet de Namur a fait appel, estimant ce jugement trop léger.

Au volant de sa Citroën C5 avec 2,36 g d’alcool/litre de sang, Medhi a percuté de plein fouet une VW Polo qui circulait en sens inverse, provoquant la mort de Grégory Herbinia (28 ans) et Mélanie Di Berardo (24 ans). "Il a dévié de sa trajectoire et a empiété d’1 m 10 sur l’autre bande de circulation. Une troisième voiture, une Golf, a été impliquée dans l’accident. Le prévenu roulait selon une expertise entre 92 et 113 km/h tandis que le véhicule des victimes roulait beaucoup moins vite. Ils l’ont visiblement vu arriver sur leur bande et il y a d’ailleurs eu un coup de volant mais dans leur position, il leur était impossible d’échapper à l’accident", commente le parquet de Namur qui a requis deux ans ferme, deux ans de déchéance et l’obligation de repasser tous les examens.

Pour la première fois depuis l’accident, le conducteur a émis des regrets. "Je suis attristé par leur mort. J’ai du mal à m’en remettre", a-t-il déclaré. Des mots qui, pour les familles des victimes, ont été dictés par son avocat. "On n’avait jusqu’à présent jamais entendu le son de sa voix. C’est facile de dire cela deux ans plus tard. C’est tout de suite qu’il aurait dû dire ça."

"Plus rien ne me fait sourire depuis la mort de Grégory et Mélanie. La maison est vide sans eux…", ajoute le papa de Mélanie.

Au terme des débats, la défense a demandé la confirmation du jugement rendu en décembre par le tribunal de police. Verdict le 10 octobre. "