Namur Pour certains candidats, la journée du 14 octobre s’annonce particulière

Plus que trois jours avant les élections. Pour beaucoup, cette journée s’annonce longue et stressante. Et pour certains, il faudra faire en fonction de certaines spécificités. Exemples.

© Monmart

Christophe Bastin. Depuis début 2015, le bourgmestre d’Onhaye est aussi le président du RCS Onhaye qui évolue en D3 amateurs B. Dimanche à 15h, son club recevra le leader, Stockay. "L’après-midi, je serai au foot. On reçoit les premiers et en plus on présente nos équipes de jeunes", lâche instinctivement Christophe Bastin. "J’aurai sans doute quand même les élections dans un coin de la tête et j’irai voir de temps en temps ce que ça dit sur Internet. Vu le monde attendu, je risque de toute façon de me faire charrier avec ça." Sa matinée ne sera par contre pas consacrée au foot. Au programme : petit-déjeuner à 8h à Sommière avec le comité des fêtes, le vote vers 10h30 et, entre-temps, du temps passé en famille.

François Bellot. Cette journée d’élections sera comme toutes les autres pour le ministre de la Mobilité, engagé en politique depuis 1981. "J’irai voter vers 8h45 à Jemelle. J’irai ensuite chercher mes beaux-parents pour qu’ils puissent voter, ainsi qu’un autre couple de personnes âgées. J’effectuerai par après un tour des bureaux de vote avant d’aller manger et, sans doute, aller boire une tasse de café quelque part. À Rochefort, on connaîtra vite les tendances." Le bourgmestre sortant ne devrait donc pas être ennuyé par son mandat de ministre, ce dimanche. "À moins qu’il n’y ait un gros souci sur le rail ou dans le domaine aérien, le dimanche est traditionnellement calme."

Anne Pirson. La rédactrice en chef de la télévision locale de l’arrondissement de Dinant (MaTélé) se présente pour la première fois aux élections. Pour éviter tout problème déontologique, la journaliste a préféré prendre congé. "Et ce depuis qu’on a commencé le tournage des débats politiques car ma position est particulière et parce que j’aurais pu être mal à l’aise face à certaines personnes. C’est mieux, pour éviter la confusion des genres." Quatrième sur la liste de Frédéric Deville, elle n’exclut cependant pas de passer à la rédaction, si besoin. "Après avoir voté et mangé tous ensemble, notre groupe se divisera en plusieurs équipes pour déjà ramasser les panneaux, bâches et barrières de la campagne. Le soir, en fonction des résultat, j’irai peut-être sur le plateau de MaTélé. Mais on verra."

© DR


S.M.