Namur Aaron vit désormais chez sa tante mais gardera des séquelles !

Samuel, bientôt 20 ans, a été condamné à 4 années de prison ferme avec un sursis probatoire de 5 ans. Ce qui veut dire que le jeune homme va (en principe) passer quatre ans derrière les barreaux et devra se soumettre, l’année suivante, à différentes obligations telles des suivis psychologiques et psychiatriques. Il devra, bien entendu, se tenir à carreau pendant 5 ans et ne plus commettre d’infractions.

L’andennais a accueilli la sentence sans montrer le moindre sentiment, le moindre regret, tel qu’il était lors de l’audience précédente lorsqu’il a raconté le calvaire qu’il a fait subir à son fils Aaron, 17 semaines au moment des faits, le 21 février 2018 : "Aaron pleurait très fort ce jour-là. Je l’ai saisi à pleines mains par les côtés puis je l’ai secoué trop fort et sa tête ballottait d’avant en arrière. Je l’ai lancé sur le lit. Il a roulé et sa tête a heurté le radiateur. Je lui ai donné ensuite une vigoureuse fessée à tel point que mes mains piquaient… Il ne bougeait plus !", a-t-il déclaré d’une voix nasillarde. Il a ensuite couru chez un voisin pour appeler les secours.

Samuel a longtemps présenté une version qui le dédouanait quelque peu puis a finalement lâché le morceau. Il a avoué ne pas supporter la détention même s’il a un petit job qui l’occupe utilement. Les psys l’ont reconnu responsable de ses actes. Ce grand nerveux, qui fume beaucoup et boit du Red Bull jusqu’à plus soif, ne connaît aucun remords et ne montre aucun signe de culpabilité. Depuis les faits, il n’a plus aucun contact avec la maman d’Aaron et tout porte à croire qu’elle ne s’en porte pas plus mal !

Par contre , du côté d’Aaron, tout n’est pas rose ! Il vit chez la sœur de sa maman et son compagnon, loin de toute l’agitation des adultes. Emilie est retournée chez ses parents et a repris ses études. Elle vient régulièrement voir son bébé dont l’état s’est amélioré et qui souffre désormais de crises d’épilepsie, en plus des séquelles qu’il conservera.

R.Tom