Namur Le bilan de la 17e édition est positif à tout point de vue

"C’est avec beaucoup d’émotion que j’affirme que cette année a été particulièrement exceptionnelle à tous les niveaux, avec un bilan ne présentant que du positif", s’est réjoui Jean-Yves Laffineur, directeur du festival.

La météo extraordinaire, la programmation tant musicale que des arts de la rue, la présence importante de familles, d’enfants et d’un public "conscient, curieux et ouvert" ont participé à la réussite de cette édition.

Le festival a par ailleurs enregistré un taux record d’affluence avec deux jours de sold-out. Les organisateurs ont ainsi dépassé de quelques centaines d’entrées la capacité journalière du site (NdlR : 12.000 personne s ) au cours des deux premiers jours. "Vendredi, ils étaient 12.600 et samedi 12.900, mais nous l’avons fait en âme et conscience, tout en gérant les flux", a précisé le directeur.

Côté chaleur , des ravitaillements réguliers en eau potable ainsi que l’ajout de nouvelles fontaines et de brumisateurs ont permis au public d’être continuellement approvisionné en eau et rafraîchi. "À ce niveau-là, nous n’avons d’ailleurs pas eu d’accidents particuliers", précise-t-on. Aucun incident non plus n’a été évoqué en matière de sécurité ou de santé durant tout le festival.

Pour cette 17e édition, Esperanzah ! avait notamment mis un point d’honneur à favoriser la venue d’enfants, notamment au travers d’une programmation de spectacles de rue diversifiée. Cette année, le nombre de spectacles avait encore été élargi avec la présence de 240 artistes issus de 22 compagnies différentes.

En outre, la campagne Le déclin de l’empire du mâle, démarrée six mois plus tôt, a touché un "très large" public. "Je n’ai jamais vu une thématique qui s’est autant imprégnée dans le festival, mais ce n’est pas étonnant, car elle touche tout le monde", ont commenté les organisateurs. À l’intérieur de cette campagne, le plan SACHA a également été une réussite, en touchant plus de 2.000 festivaliers à travers les trois stands.

Enfin, parmi les concerts les plus emblématiques de cette édition, on citera notamment Jain, Goran Bregovic, Bernard Lavilliers, Meute, Naâman, Médine ou encore Juicy et Grand corps malade.

"La réussite de cette édition repose en grande partie à la fois sur le public, mais aussi sur une extrême connectivité entre les différentes équipes ainsi que sur la présence quotidienne de 2.000 bénévoles", a conclu le directeur.

L.Do.