Namur

Mieke y participe: elle est Namuroise d’adoption tout récemment arrivée de Flandre.

"Mon père était né à Namur et avait suivi ma maman à Bornem, mais nous revenions à Jambes en vacances quand j’étais petite, j’ai toujours aimé cette ville", raconte celle qui figure dans le clip promotionnel présenté à Gand ce lundi par la ville de Namur dans sa grande opération de séduction. Mieke propose d’ailleurs ses services lors du week-end flamand qui se tiendra les 29 et 30 juin ainsi que le 1er juillet.


Si Mieke a choisi de s’installer à Namur à l’automne dernier, c’est parce qu’elle y trouve un confort de vie incomparable abordable. "La ville a un côté un peu villageois comme Malines, on a tout à portée de main, ce n’est pas trop grand et j’adore mon quartier : je vis rue des Brasseurs." Selon elle, le piétonnier et le vieux Namur ont tout pour séduire les visiteurs flamands à condition d’élargir l’offre, notamment le dimanche.


"Il manque de belles terrasses à l’abri de la circulation. Le bord de Meuse - et de Sambre aussi - ne sont pas assez exploités. Dinant a compris tout l’attrait d’une ville d’eau. Pour séduire les Flamands, Namur devrait s’en inspirer et favoriser davantage d’établissements Horeca sur ses rives", estime-t-elle. Si l’ambiance est favorable à la détente et si les événements qui y sont organisés (Namur en mai, les fêtes de Wallonie) sont appréciés, les gourmets ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont à Namur. "Ici, les bons restaurants sont bien plus abordables qu’en Flandre. En plus, on peut y aller en toute décontraction", apprécie Mieke qui cite Parfum de cuisine, Manolo Madrid, Le Temps des Cerises et la Maison des desserts parmi ses adresses favorites à faire découvrir à ses amis du Nord. "Ce sont des endroits typiques et de bons rapports qualité/prix. mais il manque tout de même d’autres belles brasseries comme chez François. À Namur, on fait trop la distinction entre café et restaurant", estime-t-elle.

La langue reste cependant un souci. "Pas pour moi car je parle français couramment. Mais il est vrai que les commerçants bénéficieraient à apprendre quelques phrases. Ils sont pleins de bonne volonté et disent bonjour en néerlandais quand ils entendent qu’ils ont affaire à des Flamands. Mais c’est un peu juste pour accueillir leurs clients. Pas besoin d’être bilingue cependant."