Namur

Il commémore l'Armistice en mêlant spectacle vivant et nouvelles technologies

La première d'Armistice a eu lieu vendredi en présence du ministre-président wallon Willy Borsus, du bourgmestre de Namur et de nombreux représentants de pays impliqués dans le conflit, dont l'Allemagne. Le spectalce dure 30 minutes est a lieu chaque soir à 22h30 place d'Armes.

© DR

Tour des Sites Organisation met en place, cet été, à Namur, un grand spectacle total commémoratif mêlant performances artistiques et son et lumière 3D. Chaque soir, du 3 au 19 août, le Palais des Congrès de la Place d’Armes sera le réceptacle de cette Première Guerre mondiale et des cent années qui nous en séparent.

© DR

"Nous avons voulu montrer le conflit tant du point de vue civil que militaire et en faire un véritable show de manière à rendre l'histoire accessible au plus grand nombre, petits et grands", explique Benoît Meurens, l'un des organisateurs, qui précise attendre environ 60.000 spectateurs.

© DR

Idéalement située, la Place d’Armes de Namur permet de travailler la symbolique inhérente à ces commémorations, mais aussi de prendre la hauteur suffisante pour évoquer la clôture de ce premier conflit mondial, son contexte et ses conséquences.

© DR

L’objet de ce spectacle n’est pas de brosser les événements militaires qui précédaient la signature de l’Armistice. Il s’agit plutôt de récapituler ces quatre années de guerre en mettant l’accent sur les aspects résolument psychologiques et humains, tant du côté des militaires que des civils.

© DR

L’occasion de rappeler à quel point ces événements, dans leurs motifs comme dans leurs pratiques, sont éloignés de nos réalités d’aujourd’hui, même si les valeurs restent identiques. Cette création évoquera aussi le contexte très précis dans lequel s’inscrit l’accord de paix ainsi que ses répercussions dans le temps.

© DR

Armistice ! s’adresse à un public de tout âge, suscitant la curiosité et l’intérêt de tous grâce à un scénario original subtilement mis en scène. Entre spectacle vivant et nouvelles technologies (vidéo-mapping), cette production spectaculaire honorera sans équivoque son devoir de mémoire.

Willy Borsus (MR) a lui souligné l'importance pour la Wallonie de soutenir cette initiative. "Il n'y a plus de témoins vivants. Transmettre le témoignage de ce qui a été une véritable tragédie est essentiel, surtout pour les plus jeunes." Du coté de la Ville de Namur, le mayeur Maxime Prévot (cdH) s'est dit très heureux de pouvoir accueillir le spectacle dans la capitale wallonne. Il n'a pas non plus caché sa satisfaction quant à la présence de représentants de l'Allemagne. "C'est un beau symbole", a-t-il conclu.

© DR

Ce que le spectacle raconte?

1 novembre 1918, 5h15. Après quatre années d’une guerre atroce, le maréchal Ferdinand Foch, commandant suprême des forces alliées, accompagné des amiraux britanniques Rosslyn Wemyss et George Hope, signe l’Armistice dans un wagon-restaurant situé en forêt de Compiègne. L’Allemagne, représentée par Matthias Erzberger, capitule et appose sa signature sur le traité. Le cessez-le-feu est effectif à onze heures. Les populations civiles peuvent enfin pousser un profond soupir de soulagement. Un sentiment de quiétude temporaire, puisqu’elles connaîtront, 20 ans plus tard, un autre conflit meurtrier…

© DR

Que s’est-il passé ? Cent ans nous séparent de cet acte de paix. Pourtant, d’autres guerres, d’autres combats, d’autres défis suivront au cours du XXe siècle. Quelles leçons en tirer, un siècle plus tard ?

© DR