Namur

Le Bastogne War Museum vient de rouvrir après quatre semaines de fermeture annuelle dédiées à l’entretien du parcours de visite.

"Les travaux de maintenance ont consisté principalement dans la réparation de l’éclairage et la réfection des sols", précise un employé. "L’installation du réseau wi-fi est en cours." Après avoir accueilli près de 440.000 visiteurs de 2014 à 2016, le BWM enregistre un résultat remarquable en 2017, soit un total de 132.439 visiteurs, ce qui représente une augmentation de 5,9 % par rapport à 2016. "Nous ne ressentons donc aucun essoufflement dans l’engouement des touristes", se réjouissent les gestionnaires. "L’écart entre les visiteurs belges et les visiteurs étrangers s’accentue en faveur de ces derniers puisqu’ils représentent à présent 54,25 % de la clientèle. Les Néerlandais sont largement en tête et toujours en progression avec 27.818 visiteurs, contre 26.861 en 2016. Le climat d’insécurité ressenti en 2016 semble progressivement s’estomper. On le constate pour les Américains. Ils représentent 22 % de la clientèle étrangère."

Quant à l’effort de promotion en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et au Grand-Duché, il commence à porter ses fruits. Toutes ces clientèles sont en progression, en particulier le public allemand qui passe de 3.840 visiteurs en 2016 à 5.215 en 2017. Un bémol cependant : l’augmentation insuffisante des groupes scolaires. Les travaux d’extension du musée débuteront cette année. La nouvelle aile devrait être opérationnelle en 2019.

Le comité de secteur, présidé par le bourgmestre Benoît Lutgen, a défini les mesures et actions à mener en 2018. Parmi celles-ci, la diffusion à large échelle du programme pédagogique à destination des écoles et la mise en place d’activités complémentaires destinées aux familles et aux groupes. Le colloque sur le thème Terrorisme : sommes nous en guerre ? se déroulera le 9 mars à l’Espace 23 avec des personnalités de premier plan comme le philosophe Régis Debray et l’ancien Premier ministre français Manuel Valls.

N.L.