Namur Son ex-compagnon était au volant. Il est poursuivi pour coups et blessures volontaires.

L'audience correctionnelle de ce mercredi au tribunal de Dinant était essentiellement consacrée aux faits de violence conjugale. Parmi les dossiers évoqués, celui d'un couple de Beauraing dont la séparation a été plus que douloureuse. L'homme de 44 ans est poursuivi pour un fait de coups et blessures volontaires qui se serait produit en novembre 2016. « J'étais en famille toute la journée et je devais déposer le soir-même à madame l'enfant qu'on avait en commun. Sur place, elle a dévisagé ma nouvelle compagne et n'a pas souhaité prendre notre fille. J'ai dû rentrer dans son domicile puis elle m'a barré la route. Elle s'est retirée lorsque j'ai voulu appeler la police. Mais elle m'a suivi quand j'ai quitté la maison. Elle s'est alors dirigée vers la portière de ma compagne et l'a ouverte", a expliqué le prévenu.
Craignant le pire, ce dernier a démarré son véhicule. Mais son ex-femme était accrochée à la portière. Elle a chuté et a été traînée sur plusieurs mètres. «On peut comprendre que ma cliente était énervée ce jour-là. Cet homme avait une maîtresse depuis plusieurs mois, a eu un enfant avec et a continué à vivre comme si de rien n'était au domicile conjugal », a indiqué l'avocate de la partie civile. « Les circonstances sont ce qu'elles sont. Mais la question qui se pose est de savoir s'il a volontairement voulu blesser », a souligné le président.

Dans les jours qui ont suivis, la victime, qui avait déposé plainte, a été entendue une seconde fois pour indiquer qu'il était possible que ce fait ait été totalement accidentel. Une thèse que soutien le parquet de Namur qui a demandé la requalification en coups et blessures involontaires.