Namur Certains habitants ne savent plus se déplacer le week-end et les jours fériés.

Depuis le 1er janvier, le TEC Namur/Luxembourg a modifié certaines liaisons entre Aubange, Virton et Arlon. Pas de chance pour Sébastien Weyders (40 ans) et sa famille, de fidèles abonnés des transports en commun : le bus ne passe plus dans le village de Mussy-la-Ville (Musson) le week-end et les jours fériés !

" On est un peu prisonniers. Pas le choix, le bus ne passe plus. Pour pouvoir le prendre, il faut désormais marcher trois kilomètres pour ensuite rejoindre la route principale (RN 88). Celle qui relie Aubange à Virton. J’ai un souci important au niveau de la mobilité. Je suis invalide. J’utilise une canne pour me déplacer. Vous imaginez le calvaire que j’endure lorsque je dois faire six bornes (aller/retour) pour aller prendre le bus ", explique-t-il.

Cela fait une dizaine d’années qu’il a un abonnement. Tout comme sa femme et ses deux enfants. Eux aussi embêtés car les horaires ont également changé durant la semaine. Et comme la famille ne possède pas de véhicule… L’organisation des journées est plus compliquée aujourd’hui. " Vu mon état de santé, je dois fréquemment aller consulter un docteur pour qu’il me prescrive des médicaments. Ou bien aller dans les pharmacies et à la commune. Le médecin étant situé à bonne distance, le bus était idéal et il passait dans le centre du village. C’était pratique. Et puis, j’aime aussi me balader de temps en temps sur le marché de Virton ou celui d’Arlon. Il me faut plus de temps en bus pour aller et revenir d’Arlon, que d’aller faire un tour sur ledit marché", ajoute-t-il.

Sébastien n’en veut pas au TEC, mais il trouve quand même honteux et anormal d’en être arrivé à pareille situation. " C’est comme ça. Je ne prêche pas pour moi ou pour ma famille. Je pense aussi à tous ceux qui connaissent le même problème et qui subissent les modifications du TEC… que je ne dénigre pas. Je le répète : c’est juste très contraignant. L’idéal serait de revenir aux horaires et tracés que nous avions… il y a encore quelques jours ", conclut-il.