Namur

Ces lundi et mardi, le centre neuro-psychiatrique Saint-Martin de Dave a pu tester 4 simulateurs de psychose. En l’espace de 2 jours, 128 personnes ont pu se mettre dans la peau d’un patient psychotique et découvrir le vécu et le ressenti de celui-ci. Ceci, grâce à la réalité virtuelle et d’un simulateur créé sur base des impressions collectées au cours de rencontres avec des patients.

Après une introduction et avoir enfilé l’équipement ad-hoc, le participant entre dans la peau de Jamie, une patiente. L’idée : vivre ce qu’elle ressent en tant que schizophrène. Le testeur est alors bombardé de stimulis : voix, visions, halos lumineux. Ceux-ci sont de plus en plus troublants, jusqu’à en perdre contact avec la réalité, le quotidien de Jamie, ses souvenirs, ses sensations.

Les personnes qui ont testé cet équipement durant ces 2 jours sont issues de secteurs variés, qu’il s’agisse de psychologues et neuropsychiatres, mais aussi de politiciens, de représentants de la justice, de travailleurs du centre, de représentants du SPJ,…

"Lidée était de leur faire vivre le ressenti d’un patient psychotique", explique le docteur Serge Mertens de Wilmars, le médecin chef du CNP. "Les patients psychotiques constituent une grande majorité des 300 personnes qui sont hospitalisées chez nous. Le but de cette démarche est de permettre la compréhension de leur ressenti lorsqu’ils sont en crise afin de pouvoir mieux les apaiser. C’est aussi une façon de déstygmatiser la maladie, de la comprendre afin de mieux la traiter. C’est une façon de comprendre la souffrance liée à cette maladie difficile et d’y sensibiliser le grand public, mais aussi le monde politique ou la justice."

JVE