Namur

Mohamed, 65 ans, espérait bénéficier de la clémence du tribunal et d’une peine de probation autonome. L’homme faisait opposition à un jugement qui le condamnait par défaut à 2 ans de prison pour coups et blessures sur sa femme et ses enfants et pour traitements dégradants envers son épouse.

 Il n’avait pas fait bonne impression lors de sa comparution devant le tribunal, avec une attitude qui frisait l’arrogance : il n’avait exprimé aucun remords ni aucune empathie. Selon les rapports sociaux, il se considérait comme la perfection faite homme et possédait l’art subtil de manipuler les autres et de reporter ses propres fautes sur son entourage. Devant son attitude totalement fermée, le Parquet avait envisagé de requérir 4 ans de prison. Le conseil de Mohamed avait souligné qu’une telle peine de prison n’arrangerait rien, bien au contraire même si son client évoluait dans un milieu intellectuellement et socialement pauvre et qu’il y avait quelques améliorations.

Finalement, le Tribunal a confirmé la peine de deux ans de prison et l’amende de 100 € qu’il convient de multiplier par 6 pour les fameux décimes additionnels, soit 600 €.