Namur Thomas Piette s’y est lancé ce samedi

Thomas Piette, un Namurois de 29 ans, a voulu recréer, au pied de la colonne qui supporte la statue de l’Ange, un métier complètement tombé en désuétude, celui de crieur public : l’homme qui, voilà quelques décennies, attirait la population d’un roulement de tambour pour annoncer publiquement les évènements - bons ou mauvais - qui rythmaient la vie de l’époque.

Thomas, lui, a choisi d’être plus discret : une simple cloche pour attirer l’attention et sa forte voix devrait faire le reste ! Qu’annonce-t-il, Thomas ? "En vrac, des vœux, des pensées, des messages que les gens m’adressent via mon site Facebook (www.facebook.com/crieepublique). Il y a aussi des manifestations du Théâtre de Namur, du théâtre Jardin passion, des concerts et même un atelier de fabrication de produits d’entretien naturels".

L’idée de devenir crieur public lui est venue en fréquentant deux amis liégeois qui exercent leurs talents de crieur tous les dimanches sur les quais du marché de la Batte. "Mais je travaille d’une autre façon qu’eux qui ont un passé de théâtre. Si j’aime le théâtre, je n’en ai jamais fait. J’ai juste bénéficié d’un coup de pouce d’Emeline, ma cousine, qui m’a coaché quelques heures ! Dans la vie, je suis un autodidacte : je préfère apprendre sur le tas, lire des ouvrages de référence ou, mieux encore, discuter avec des gens qui s’y connaissent", précise Thomas. Pour cette première, le jeune homme n’a pris aucun contact avec la Ville de Namur mais il ne va pas tarder à le faire car il souhaite pérenniser son action afin de dynamiser la rue de façon plus régulière. Il se verrait bien aussi participer à Namur-en-Mai ou à Esperanzah.

Marie, une Namuroise qui a écouté le spectacle de Thomas jusqu’au bout, nous a confié : "C’est chouette, ce qu’il fait ! Il devrait pourtant se rendre plus visible : une banderole, un pupitre, des habits plus voyants…" Une personne courageuse, cette Marie, qui a bravé la pluie verglaçante pour écouter le crieur public de Namur jusqu’au bout !

R. Tom