Namur

Il évoque la légitime défense et la provocation mais des doutes subsistent

Le 6 février dernier, un jeune Afghan de 17 ans du centre Fedasil de Pondrôme a été tué par un autre résident du centre. Ce vendredi, le parquet de Namur a indiqué que le mandat d'arrêt délivré à l'encontre de l'auteur des faits avait été prolongé de trois mois par la chambre du conseil de Dinant. D'après les déclarations du tueur, il aurait agi par provocation et légitime défense. "La situation était tendue entre ces deux jeunes. La victime le houspillait pour obtenir certaines choses. Il dit que le soir des faits, s'il n'avait pas utilisé ce couteau, c'est lui qui serait mort sous les coups de l'autre. C'est un jeune de 19 ou 20 ans qui explique qu'il voulait étudier et s'intégrer en Belgique. Il n'en revient pas de ce qu'il s'est passé », a précisé le parquet de Namur.