Namur

Les opérations se sont poursuivies tard dans la nuit pour tenter d’extraire la voiture de la rivière

Samedi après-midi peu avant 16h, un terrible accident s’est produit à Durbuy. Une voiture circulant en direction de Petit-Han a quitté la chaussée alors qu’elle venait de quitter la vieille ville, avant de terminer sa course dans l’eau. Le courant l’a ensuite entraînée plus d’une centaine de mètres en aval, où elle a fini par s’immobiliser, totalement immergée, le conducteur toujours à bord. 

Les pompiers de Marche et Érezée se sont rendus sur place avec l’appui de plusieurs plongeurs et du GRIMP (Groupe de Recherche et d’Intervention en Milieu Périlleux). Objectif de la manœuvre : accrocher le véhicule pour parvenir à l’extraire de l’eau avec son occupant, vraisemblablement décédé. Mais le débit de la rivière a rendu leur intervention particulièrement compliquée, empêchant notamment l’utilisation des deux bateaux zodiacs dépêchés sur place à titre préventif. « Le courant et les remous représentent un risque trop important pour les plongeurs, qui pourraient se faire aspirer », souligne Stéphane Thiry, officier de la zone de secours Luxembourg. 

« Nous avons donc aménagé une sortie de tyrolienne par-dessus la rivière pour qu’un plongeur puisse arriver juste au dessus du véhicule et ainsi descendre à la verticale, de telle sorte que ses équipiers puissent le descendre et le remonter. Ce type d’intervention implique toujours un minimum de trois plongeurs. Un plongeur engagé, un deuxième qui assure la sécurité, et un responsable de berge. Une fois la voiture accrochée, il faudra pouvoir la treuiller vers la berge pour qu’elle se vide de son eau. » 

© DR

Selon les premières observations étayées par les témoins de l’accident, l’automobiliste, un homme âgée d’une soixantaine ou d’une septantaine d’années, se trouvait seul avec son chien à bord du véhicule. 

Une hypothèse que seule l’extraction du véhicule devrait permettre de confirmer, le tumulte de la rivière empêchant par ailleurs l’identification de la plaque d’immatriculation. Samedi soir vers 22h30, l’opération était toujours en cours.