Namur Jean-Frédéric sort de l’ombre pour tenir la tête de liste pour le disctrict d’Andenne

Jean-Frédéric Eerdekens, c’est l’un des fils de Claude Eerdekens, l’indétrônable bourgmestre d’Andenne.

Un homme de l’ombre. Actif pendant une dizaine d’années dans le monde du cinéma belge en tant que réalisateur, derrière la caméra, il a rejoint l’équipe d’Éliane Tillieux en tant que conseiller politique lorsqu’elle était ministre de l’Emploi et de la Formation. Il l’a suivie lorsqu’elle a repris son mandat de députée wallonne. Il travaille toujours dans son cabinet mais a décidé de sortir de l’ombre pour le scrutin provincial du 14 octobre.

L’information a filtré, discrètement, chez nos confrères de L’Avenir. Mais Jean-Frédéric Eerdekens ne veut pas commenter avant la présentation officielle des candidats provinciaux pour le district d’Andenne. Il préfère jouer collectif.

"Je serai bien tête de liste, ça a déjà été mentionné. Mais je ne veux pas tirer la couverture à moi et je préfère partager l’annonce avec le reste de la liste, ce qui sera fait ce jeudi soir", déclare-t-il.

Le jeune quadragénaire est andennais depuis toujours, même s’il a étudié le droit à l’université de Liège et la réalisation à Louvain-la-Neuve (INSASS).

Avant de se consacrer à des dossiers politiques, il a fait carrière dans le 8e art. Il est l’auteur de trois courts-métrages qui ont raflé plusieurs prix dans des festivals : Choix multiples, Les Amateurs et Bona Nox. Il a aussi réalisé des making of de grands films belges comme Mr Nobody (Jaco Van Dormael) ou Oscar et la dame rose (Éric-Emmanuel Schmitt).

Son engagement en politique, il s’opérait jusqu’ici à l’abri des regards mais,, en occupant la tête de liste socialiste pour le district d’Andenne, la filiation Eerdekens ne passera pas inaperçue.

On dit que de son père il a hérité le caractère bien trempé et un peu obstiné. Par contre, la chose politique ne lui est pas venue de manière aussi précoce qu’à celui qui a été échevin alors qu’il était encore aux études et le bourgmestre le plus jeune du pays.

Jean-Frédéric Eerdekens, c’est la nouvelle munition du PS afin de ravir la majorité au MR sur la scène provinciale.

Magali Veronesi