Namur

Patrick Grignet et sa copilote Stéphanie Balcaen vont se frotter aux meilleurs du pays

Maman et infirmière, Stéphanie Balcaen est loin d’avoir le profil d’une rallye woman et pourtant c’est en tant que copilote qu’elle va assister au Rallye de Wallonie. "Je suis venue au rallye par hasard. Mon compagnon de l’époque voulait s’y essayer et on a alors loué une voiture. Pour l’occasion j’ai tenté le copilotage et depuis je n’ai plus arrêté", explique-t-elle.

Sur les routes depuis 2008, c’est dans le baquet de droite qu’elle a voulu persévérer. "Je ne me sens pas capable de piloter. Je préfère la partie préparation où il faut gérer les timings, bien étudier les lieux et prendre de bonnes notes" , poursuit-elle.

Un travail d’équipe qu’elle réalise avec son pilote et mari, Patrick Grignet. "Je travaille de la même façon avec tous les pilotes, mais avec Patrick c’est différent car il est très exigeant."

Une rigueur qui permet d’arriver à faire de belles prestations. "Notre binôme est réglé comme du papier à musique, je suis façonnée pour lui et c’est grâce à cela que nous avons pu faire de belles courses en provincial en fin d’année dernière", souligne-t-elle.

Il faut dire que son mari était lui-même copilote à l’époque et pas avec n’importe quel pilote puisque c’est avec François Duval qu’il a fait ses armes. C’est d’ailleurs avec une voiture semblable à celle utilisée par le champion belge que le couple va prendre part à ce rallye. "Nous allons rouler avec notre propre voiture, une Ford Puma d’usine. Elle n’est pas unique mais presque car il n’en reste plus que trois dans le monde, s’exclame, avec fierté, Stéphanie. C’est un vrai bijou. Évidemment, nous ne pourrons pas concurrencer les R5 mais dans notre classe, nous espérons faire une belle course", conclut-elle.


Gaudin : “C’est l’événement à ne pas manquer”

Jean-Julien Gaudin s’est lancé dans le rallye il y a seulement quelques mois et va déjà prendre part à son deuxième rallye de Wallonie. “Cette année, on espère faire mieux qu’en 2017. Cependant, il y a eu des modifications au niveau du règlement pour l’assistance et cela risque de rendre le rallye beaucoup plus délicat.” En effet, les pilotes ne pourront rejoindre l’assistance que toutes les 4 spéciales au lieu de 2 les années précédentes. “Nous avons beaucoup travaillé sur la voiture avec Targez Racing et nous espérons qu’elle sera fiable jusqu’au bout. Nous avons confiance en notre mécano et d’ailleurs il va nous suivre sur ce rallye, ce qui sera idéal pour nous”, poursuit-il. Le Wallonie pour Jean-Julien, c’est une histoire de cœur avec une spéciale au bout de sa rue. “C’est l’événement à ne pas manquer. Nous avons de la concurrence dans notre catégorie mais nous allons tout donner car c’est le rendez-vous de l’année”, conclut-il.