Namur La SPRL Arts et Voltige et le BEP mis en cause

Un accident de travail a eu lieu le 13 novembre 2015, à Floreffe, sur le site de traitement des déchets du BEP. Il a notamment causé la mort de Benjamin Mineur (23 ans).

Deux préventions étaient à charge de la SPRL Arts et Voltige et du Bureau économique de la Province (BEP) : homicide involontaire par manque de prévoyance et de précaution et coups et blessures involontaires ayant entraîné une incapacité permanente. Les préventions visaient quatre membres de la SPRL (Michaël, Pierre, Pascal et Olivier) et un ingénieur électromécanicien du BEP, Philippe. Chaque conseil du personnel de la société a concentré sa défense sur une seule personne : Philippe. L’homme conserve la même position au fur et à mesure des attaques : tête penchée et bras croisés sur la poitrine.

On lui reproche de ne pas avoir fourni la documentation technique du pont-roulant aux réparateurs qui venaient en urgence à sa demande. Or, il était bien stipulé en gras dans cette documentation que seul du personnel hautement qualifié par la firme pouvait travailler sur l’engin ! Les avocats reprochent également à Philippe de ne pas avoir averti l’équipe de cordistes qu’un râteau de seize tonnes pouvait se détacher lorsqu’on démontait le moteur ! Mais le savait-il lui-même, qui travaillait au BEP depuis quelques mois ? Son avocat, Me Remi, a bien tenté de renverser la vapeur mais le mal était fait : l’ingénieur du BEP faisait pâle figure face à une équipe soudée de cordistes.

Du côté des parties civiles, Alain, le papa de Benjamin, peinait à retenir ses larmes lorsqu’on évoquait son fils décédé; Raphaël, malgré sa cécité et son amputation de l’avant-bras, s’est réfugié dans le cyclisme en tandem (avec un voyant) et a trouvé quelqu’un pour l’accompagner à la course à pied. Dans la vie de tous les jours, il est bien accompagné par sa chère et tendre et par ses parents ! " Trois vies de gâchées ! nous confiait sa maman. Il a consulté de nombreux spécialistes mais sa vie quotidienne n’est pas rose, loin de là ! "

R. Tom