Namur Depuis le 15 novembre, 19 faits ont été rapportés à la police.

Les habitants de Flawinne et de Belgrade en ont assez de voir leurs maisons ou celles de leurs voisins visitées. Il y a quelques semaines, une habitante avait proposé d’organiser des rondes, mais personne n’avait embrayé. Aujourd’hui, alors que le nombre de cambriolages est en augmentation, le groupe Facebook Flawinne hier et aujourd’hui met en place un système d’alerte : " Créer un groupe Messenger afin de recevoir des alertes sur son GSM à tout heure du jour ou de la nuit si quelqu’un entend ou voit quelque chose de suspect dans sa rue ou autre ", explique Seb. Une solution pour ne pas sombrer dans la paranoïa, selon lui.

Rien que ces derniers jours, des habitants de Ronet, rues Adan, de la Basse Sambre, Joseph Arnould, Jean Colin, se sont plaints qu’on s’est introduit dans leur maison ou leur voiture. La police est avertie. " Sur Belgrade et Flawinne, depuis le 15 novembre, 19 faits ont été rapportés, dont 3 tentatives et 16 cambriolages ", relate Manu Leleux, le directeur informations et opérations de la police locale. " C’est un nombre important, plus élevé que ce qu’on observe d’habitude, mais pas incroyablement élevé en ce sens que les vols à la lumière augmentent lorsque les jours raccourcissent. "

La technique, c’est de regarder à la tombée du jour quelles sont les maisons avec de la lumière (habitées) et celles dans le noir (on n’est pas encore rentré du travail). " D’où l’utilité de donner une apparence d’occupation en enclenchant les lumières, la radio… On a ainsi des chances de ne pas être choisi par les cambrioleurs ", conseille Manu Leleux. Si certaines rues ou certains quartiers semblent plus touchés que d’autres, c’est que les voleurs ont leurs préférences : "L es axes de fuite (vers l’autoroute), les domaines résidentiels où les gens sont généralement absents en journée, les habitations bordées de hautes clôtures ou haies derrière lesquelles ils peuvent vaquer tranquillement ", énumère le commissaire.

Quant aux repérages, ils peuvent bien sûr être faits en camionnette, mais rien ne confirme que les voleurs ne puissent pas les faire avec des drones, comme une rumeur l’affirme. " Dans tous les cas, il est utile d’appeler la police pour signaler les agissements suspects, on a des hommes sur le terrain. Et il ne coûte rien de jeter un œil sur ce qu’il se passe chez les voisins en leur absence ", rappelle Manu Leleux.

Magali Veronesi