Namur

À 32 ans, le pongiste vedrinois sera A24, le meilleur classement de sa carrière

Le Vedrinamur comptera un quatrième série A la saison prochaine. Non, les Namurois n’ont pas effectué un transfert surprise. François Gobeaux (B0) figurera parmi les 25 meilleurs pongistes belges.

La liste divulguée par la fédération le 15 mai dernier le place A24. Une promotion inattendue pour le pongiste de 32 ans. "J’avais entendu quelques rumeurs mais je n’y croyais pas vraiment", explique-t-il. "D’ailleurs, je n’attendais pas avec impatience les nouveaux classements. C’est en me levant que je l’ai appris via les… réseaux sociaux."

Sur le plan comptable , cette promotion ne souffre aucune discussion. Il a remporté 84 % de ses rencontres (69 sur 82) en division 1 nationale et n’a surtout pas fait dans le détail lors de ses confrontations face aux autres B0 (28 sur 33). Seul Zhang (A18) peut se targuer de meilleures statistiques.

"C’est vrai mais à chiffres égaux, la fédération préfère faire monter un jeune qui garde une certaine marge de progression plutôt qu’un trentenaire. Je ne pensais pas non plus que trois joueurs seraient promus (NdlR : Kosolosky devient A22 et Vanvinckenroye A23)."

Les récents Championnats de Belgique série B disputés le 13 mai ont certainement fait office de juge de paix. François n’a été éliminé qu’en demi-finale.

"La saison de tennis ayant recommencé, j’avais laissé ma palette de côté. Je suis simplement allé taper la balle à deux reprises. J’ai abordé la compétition sans la moindre pression. Je ne savais même pas quel stade de l’épreuve je devais atteindre pour valider ce nouveau classement. Ce n’était finalement pas plus mal." (sourire)

Une excellente saison

Triple champion provincial, champion francophone et champion de Belgique en double messieurs et mixte, respectivement avec Guyot et Junker, la saison du Vedrinois aura vraiment dépassé toutes les espérances.

"Je n’ai pourtant rien changé à ma préparation. J’ai deux entraînements d’une heure trente par semaine, on ne peut pas donc dire que j’ai progressé tactiquement ou techniquement. C’est surtout une question de confiance. Je n’ai jamais abordé un adversaire en me disant qu’il était injouable."

Reste à présent à assumer ce nouveau statut. La saison prochaine, en D1, François sera clairement la bête à abattre. Il aura peut-être aussi l’occasion d’effectuer l’une ou l’autre pige en Superdivision.