Namur On ne badine pas avec la sécurité !

Le lac de Bambois fait le plein pendant ces fortes chaleurs. Frédéric Tambour (59 ans) est depuis 16 ans le garant de la sécurité des baigneurs. Avec sa formation de maître-nageur et d’ambulancier à la Croix-Rouge il rassure les familles venues passer quelques beaux moments au bord du Lac.

Son job ne consiste pas seulement à surveiller les baigneurs : "Nous faisons aussi de la bobologie, soigner des piqûres d’insectes ou des petites coupures. Nous avons un poste de secours bien équipé avec un défibrillateur et tout ce qu’il faut pour une première intervention."

Frédéric est secondé par Stéphanie Delferrière (32 ans) du 15 juin au 30 septembre. Pour elle c’est un emploi d’été. Le reste de l’année, elle est professeur d’éducation physique intérimaire dans différentes écoles : "Je voudrais bien être nommée dans l’enseignement mais cela devient très difficile."

Pour elle, ce job lui convient parfaitement : "Travailler dans un cadre naturel est plus agréable qu’en piscine. Il y a une parfaite harmonie entre l’éducation physique et la nature. J’adore cela."

Bambois est un site naturel, contrairement aux grands centres touristiques comme les lacs de l’Eau d’Heure. Il se trouve en zone Natura 2000 et aucun moteur n’y est donc autorisé. Le site appartient à la RW et l’Idef (Institut pour le Développement de l’Enfant et de la Famille) en est locataire. "Il est fréquenté par des familles, des jeunes, des plaines de vacances." Nous avons croisé plusieurs groupes d’enfants de la plaine de Rebecq venus en car.

Même si l’ambiance est bon enfant les 2 sauveteurs sont intransigeants : "On ne badine pas avec la sécurité. Nous avons en cette période de l’année en moyenne 700 visiteurs par jour en semaine et 1.400 pendant les WE."

Ils constatent une évolution dans l’apprentissage de la natation, les enfants nagent de plus en plus jeunes. ""L’eau de baignade est à 26° et une des plus propres de Wallonie. Le paradoxe est que les visiteurs viennent surtout de loin et pas des environs", conclut Frédéric en gardant un œil attentif sur la zone de baignade.

JDC