Namur L’âge moyen des candidats de cette liste est de 43 ans

Le mouvement Bailly vient de présenter ses 29 candidats pour les élections communales. La tête de liste, Benoît Dispa, en a rappelé les enjeux. Le premier est celui de la démocratie locale, le mouvement veut gérer la cité sans les contraintes des partis. Le second enjeu est celui de la gouvernance : "Gérer une ville de 26.000 habitants ne s’improvise pas, il faut innover avec lucidité", affirme le chef de file "nous avons besoin de personnes capables de gérer des dossiers importants".

La transition doit mettre les générations futures au cœur du développement durable. Il faut promouvoir le vivre-ensemble et renforcer la cohésion sociale. Pour réussir ce pari, le mouvement Bailly veut travailler dans la continuité : sur sa liste figurent 12 mandataires sortants dont 5 conseillers CPAS. On y retrouve les jeunes échevins Max Materne, 26 ans, et Gauthier de Sauvage (34 ans) mais aussi Emmanuel Delsaute (40 ans), chef de groupe Bailly au conseil communal qui pousse la liste.

Bailly propose une liste de rassemblement : "Au moment de faire la liste, nous n’avons à aucun moment demandé quel était l’apparentement des candidats. Elle se veut représentative de tout Gembloux." On y retrouve par exemple un ancien candidat PS de 2012, Andy Rogge. L’âge moyen des candidats est de 43 ans avec 3 jeunes de moins de 25 ans et 10 de moins de 35 ans. La Doyenne est Mamy Bailly, Marie-Claire Ringlet de Beuzet, qui compte 70 printemps : "Je ne me suis jamais présentée avant alors que j’ai toujours été très active dans l’associatif", déclare-t-elle "et quand Benoît Dispa m’a contactée je me suis dit pourquoi pas."

La cadette a 23 ans et pourrait être sa petite-fille, Valentine Hérion est étudiante en gestion : "À Grand-Leez la jeunesse n’est pas fort représentée et lorsqu’on m’a proposé de faire partie de la liste j’ai tout de suite accepté."

Toutes les tranches d’âge et tous les villages sont représentés. Bailly compte bien rester la première force politique à Gembloux, Benoît Dispa se refuse à anticiper les résultats mais se dit prêt à l’ouverture même en cas de majorité absolue.