Namur

Les premières caravanes sont arrivées: le règlement a changé pour la saison 2018

Ce jeudi 08 mars, le premier groupe de gens du voyage s’est installé sur l’aire d’accueil de Lives-sur-Meuse pour la saison 2018. Quelques adaptations ont été apportées au règlement.

Les objectifs consistent en l’accueil des gens du voyage, notamment des enfants, dans des conditions conformes à la dignité humaine et aux droits de l’homme ; et de mieux gérer et encadrer ces populations sur le territoire communal. Sur ces points, l’aire remplit son rôle d’accueil et d’accompagnement. Un autre objectif est de mettre fin aux implantations sauvages de groupes de caravanes un peu partout dans la commune, sur ce point également, le terrain s’avère être une réussite depuis maintenant plus de trois ans.

"L’aire de Lives-sur-Meuse est particulièrement appréciée par les gens du voyage pour la qualité de son infrastructure, l’aspect pratique du terrain et l’accueil offert par la ville. Les groupes accueillis nous font part du fait que Namur est une rare ville à mettre ces infrastructures à leur disposition", précise l'échevine de la cohésion sociale Stéphanie Scailquin. Cette reconnaissance implique un grand respect du terrain et des règles de vie de leur part.

Avec l’expérience des trois saisons, la Ville de Namur peut aujourd’hui ajuster le règlement général de l’aire d’accueil des gens du voyage avec de nouvelles précisions. Par exemple, une des corrections nécessaire à apporter consiste en la date d’ouverture. La saison débute le 1 er mars et non plus le 1 er avril comme en 2015. Il y est aussi précisé qu’un maximum de 16 logements mobiles peut y être installé. Ou encore que la caution est de 100 € par logement et les redevances hebdomadaires comme le séjour (20€), l’eau (25€), l’électricité (27€) et la gestion des déchets (3€) y sont aussi mentionnés.

Ce nouveau règlement a été approuvé par le conseil communal en sa séance du jeudi 25 janvier 2018. "Il a fait ses maladies de jeunesse et demandait à pouvoir revoir certains éléments pour coller à la réalité de notre médiatrice et du travail qu'elle mène avec les gens du voyage" commente l’échevine. Aujourd’hui, 9 caravanes prennent place.

L’aire est ouverte du 1 er mars au 31 octobre et en moyenne 11 groupes occupent le site pour un séjour de 15 jours. "2018 ne devrait pas connaître de fréquentations très différentes même si à notre grand regret la Wallonie ne possède pas plus de telle aire d’accueil" conclut Stéphanie Scailquin. A l’avenir, la volonté communale est de pouvoir équiper numériquement l’aire d’accueil de Lives-sur-Meuse. Un projet a été déposé en ce sens auprès de la Fondation Roi Baudouin en collaboration avec le Centre de Médiation des gens du voyage et des Roms en Wallonie. Cette initiative s’intègre dans le mouvement Smart City de la ville de Namur et la lutte contre la fracture numérique.