Namur Durant un mois, Pol Deborsu, 21 ans, est guide touristique dans la capitale wallonne

Durant l’année, Pol Deborsu est étudiant pour devenir ingénieur de gestion, mais depuis trois ans et l’espace d’un mois, il est aussi guide touristique à Namur.

À 21 ans, le jeune homme a notamment l’avantage de parler parfaitement trois langues, dont le néerlandais, un réel atout. "C’est en grande partie grâce à cela que j’ai pu obtenir ce poste. Ayant fait une partie de ma scolarité en Flandre, cela me permet en plus d’entretenir mon néerlandais", confie-t-il.

À raison de 4 heures par jour et 6 jours par semaine, les après-midi de l’étudiant démarrent généralement par un coup de main au guichet de la maison du tourisme et ce jusque 14 h 30, début de la visite à travers Namur. "Cela arrive qu’il n’y en ait pas, mais dans ce cas, je fais d’autres choses pour m’occuper", assure-t-il.

Les circuits peuvent varier en fonction des demandes et du groupe, mais globalement, pendant 2 h, Pol les emmène découvrir la rue de Fer, l’hôtel de ville, les jardins du Maïeur ainsi que les grands points d’intérêt comme la cathédrale Saint-Aubain, l’église Saint-Loup, le Beffroi et autres. Il n’hésite pas à indiquer la présence de petites statuettes cachées un peu partout dans la ville ou encore à dégainer quelques anecdotes.

"Ma préférée, c’est celle de l’église Saint-Jean Baptiste qui présente une tour un peu inclinée. On raconte qu’à l’époque, pendant leur pause de midi, les ouvriers allaient se rafraîchir au Ratin-Tot et à leur retour de pause ne voyaient pas droit tant ils avaient bu."

S’il ne se destine pas spécialement à un métier dans le secteur, il n’est pas non plus fermé à l’idée d’utiliser ses acquis pour plus tard. "Ce que j’aime dans ce job, c’est parler de ma ville, apprendre des choses, les partager, parler des projets en cours à Namur, donner aussi envie aux gens de revenir et leur faire passer un bon moment." Pour cela, il n’hésite pas à se renseigner sur sa ville, sur les chantiers et autres nouveautés susceptibles d’intéresser ses groupes. Des groupes qui peuvent par ailleurs être assez variables.

"En moyenne, cela tourne autour de 6 personnes, mais j’ai déjà dû faire une visite avec 20 personnes. Là, je dois avouer que ce n’était pas un exercice facile ni auquel j’étais préparé, mais on s’adapte."

L.Do.