Namur

Un monsieur, propriétaire d’un immeuble rue des Dames Blanches, à Namur, est averti par la Police le 12 septembre 2017 que son immeuble est squatté. Ce serait l’odeur et la quantité de poubelles qui ont attiré l’attention des policiers le 30 août. Quinze jours plus tard, le squat est vidé de ses indésirables occupants. Peu après, le proprio reçoit une amende administrative de 500 € pour abandon de déchets.

La facture vient de la constatation policière du 30 août, photos de l’intérieur de la maison pleine de poubelles. Le Proprio conteste l’amende, arguant que les policiers n’avaient pas le droit de pénétrer dans une propriété privée pour y faire des photos. L’avocate représentante de la Ville de Namur prétend que les photos auraient été prises par l’entrebâillement de la porte d’entrée et non depuis l’intérieur de squat. Elle rappelle que le Proprio n’a pris aucune mesure pour lutter contre les nuisances olfactives qui aboutissaient à la rue. Pour le Parquet, l’amende administrative s’impose comme de bien entendu. Le jugement sera rendu le 8 octobre prochain.