Namur Les conseillères sont plus nombreuses que les conseillers et les échevines que les échevins.

L’obligation de la tirette intégrale, à savoir l’alternance des candidats féminins et masculins sur toutes les listes électorales, a opéré de grands changements dans toutes les assemblées communales du pays. À Namur, le conseil communal est désormais constitué de davantage de femmes que d’hommes alors que le rapport de force inverse a toujours été de mise. Cette présence féminine historique parmi les élus se reporte sur le collège qui compte ainsi 5 femmes et 4 hommes. Si l’on compte le bourgmestre, la parité est parfaite. Mais a aussi ses dommages collatéraux avec l’éviction de deux hommes du collège. Les échevins sortants Arnaud Gavroy et Bernard Guillitte ont d’ailleurs reçu une salve d’applaudissements de l’assemblée et du public lors de leur prestation de serment comme conseillers communaux.


Autre donnée historique, la création d’un échevinat de la Transition écologique. Et un échevinat de la Participation citoyenne, que le bourgmestre a soulignée dans son discours de politique communale. "Couplé assez logiquement à l’Éducation, il sera veillé à impliquer plus encore les citoyennes et citoyens dans les politiques de la Ville à travers des processus de participation. Matière éminemment transversale, la participation est élevée en leitmotiv de notre action collective. Des synergies seront à développer avec tous les échevinats pour lui donner corps, non pas pour ralentir les dossiers à mettre en œuvre, mais davantage pour favoriser l’appropriation citoyenne des dossiers d’importance émaillant l’actualité communale. Des budgets participatifs seront aussi mis en application pour la première fois, de manière structurée. Cette même logique participative continuera d’être impulsée dans le travail mené aux côtés des divers conseils consultatifs existants et comités de quartier."