Namur

Jean-Philippe a aujourd'hui 31 ans et n'a plus touché une goutte d'alcool depuis 20 mois. Avant, il était alcoolique. « Dès le déjeuner, j'ouvrais une bière », explique-t-il. Sa maladie l'a conduit à un violent dérapage, le 26 février 2016 à Florennes.

Les faits se sont produits lors d'une rencontre de mini-foot. Jean-Philippe, gardien d'une des deux équipes, était ivre sur le terrain. Cela ne se voyait visiblement pas. « Je tenais très bien l'alcool », précise-t-il. Lors d'un fait de match, Jean-Philippe n'a pas apprécié une décision prise par l'arbitre à l'encontre d'un de ses équipiers. « Sans réfléchir, il a pris son élan et est venu donner un coup-de-poing au visage de l'arbitre, de haut en bas et par l'arrière. Il est tombé au sol, la tête la première. » Un geste qui lui a évidemment valu une suspension à vie par la fédération.

L'homme en noir a subi d'importantes blessures : commotion cérébrale, entorse cervicale et contusion à la mâchoire. Il conserve aujourd'hui une légère incapacité permanente de travail selon un médecin. « Il a été emmené aux urgences à l'IMTR de Charleroi. Quelques jours après les faits, il a perdu connaissance alors qu'il avait en main un bidon de pétrole à côté de son poêle qu'il voulait recharger. Cela a provoqué un début d'incendie, il a été brûlé au cuir chevelu », poursuit son avocat qui voit un lien entre le coup reçu lors du match de mini-foot et la perte de connaissance à son domicile.

Face à cette violence, le parquet de Namur a requis une peine de deux ans de prison avec sursis probatoire. Une peine de travail de 250heures a été proposée. Jugement le 26 juin.