Namur

Au lendemain de son éviction du MR, l’ex-candidat affirme que ses propos ont été « mal interprétés »

Jeudi soir, le MR andennais annonçait écarter Jean-Michel Larock de la liste communale pour des propos « en total désaccord » avec l’idéologie du parti.

La semaine passée, sur une publication du « Soir » datant de 2016 évoquant les migrants du parc Maximilien de Bruxelles, en guise de commentaire l’intéressé publiait : « Il est temps d’évacuer ces parasites qui polluent notre Capitale. Si le bourgmestre n’était pas encore un parvenu, camarade d’Elio (NdlR: Di Rupo) , il y a longtemps qu’il aurait pris ses responsabilités. Décidément, Bruxelles est très mal gérée en proposant une très mauvaise vitrine pour les touristes ».

Suite à la découverte de ce commentaire, une réunion exceptionnelle s’est tenue au sein du MR d’Andenne à l’issue de laquelle, le vice-président, en accord avec la tête de liste ont décidé d’évincer le candidat figurant en 8e position. "Celui-ci a publié des propos en total désaccord avec les statuts du MR, la charte de bonne conduite des candidats ainsi que la charte d'utilisation des réseaux sociaux", a signalé Thibaut Froidebise. "Ceux-ci ne reflètent en aucun cas les pensées des candidats de notre liste", a-t-il ajouté.

De son côté, l’ex-candidat reconnaît que le terme « parasites » n’était pas approprié, car sujet à trop d’interprétations différentes, mais affirme que cela ne se voulait en rien raciste.« Il s’agit d’une vraie cabale contre le MR. J’ai été le fusible et mes propos ont été sortis de leur contexte uniquement dans le but de me nuire », a-t-il commenté. Il dénonce une action mise en place tant par la "gauche de la gauche" que par les membres de sa liste.

Interview complète à lire dans l’édition de samedi.