Namur Plusieurs syndicats dénoncent les conditions sanitaires et de sécurité du commissariat

Alors que l’on pensait les tensions apaisées à la police de Jemeppe-sur-sambre, le CCB qui s’est organisé jeudi matin a vu des questionnements ressurgir, dont notamment celui des conditions de travail des policiers. C’est un médecin du travail qui a lui-même interpellé l’autorité à ce sujet suscitant de vives réactions au sein des syndicats.

D’un point de vue sanitaire, des dégradations sont observées au niveau du bâtiment. "Apparemment, de l’eau de pluie transperce le plafond dans le vestiaire des dames, créant de la moisissure. Même si cela a été partiellement réparé, la moisissure revient", explique Alain Palla, délégué permanent CSC-Police. Par ailleurs de l’eau s’accumule au rez-de-chaussée du bâtiment, créant une prolifération de moustiques, "et ce alors que l’on sait bien que ces insectes sont vecteurs de maladies".

Mais bien plus grosses qu’un moustique, des souris auraient aussi été observées par la direction. Côté sécurité, là aussi, le bâtiment qui, rappelons-le, est un commissariat, est portes ouvertes en permanence. Outre les fissures apparentes qui certes n’ont pas d’impact sur la stabilité, mais interpellent néanmoins, le problème des châssis en aluminium reste important.

"Non seulement l’aluminium est un très mauvais isolant, mais en plus les châssis ne ferment plus. Les policiers placent soit une barre en bois soit de l’adhésif pour le fermer", rapporte Alain Palla. "Inutile de vous rappeler qu’outre les documents compromettant, dont des P-V et autres, le commissariat abrite aussi des armes, des véhicules et tout une série de choses qui ne devraient pas être à portée de main de n’importe qui", poursuit-il.

Compte tenu de ce contexte, CSC, CGSP et SLFP ont conjointement écrit au SPF Emploi, Travail et Concertation en vue de dénoncer les conditions. Les syndicats s’étonnent aussi de la lenteur dont fait preuve la commune quant à la construction actée dans le plan global de prévention 2015-2020 d’un nouveau commissariat.

De son côté, l’autorité communale affirme poursuivre ses efforts pour rechercher un terrain. "Nous sommes toujours sur une éventuelle piste de l’ancienne gendarmerie de Moustier", rapporte le bourgmestre Joseph Daussogne.

L.Do.