Namur Conseil d’administration d’urgence à la Joie du foyer au sujet du directeur gérant

En juin dernier, trois vice-présidents du conseil d’administration de la Joie du foyer, la maison de logements sociaux de Saint-Servais, ont remis leur démission. Ils restent administrateurs, sans plus. Un geste qui pointe le doigt vers le directeur gérant Olivier Anselme. Un geste qui peut sembler opportuniste à l’approche des élections communales : Olivier Anselme est actuellement conseiller communal et occupe la douzième place au PS pour les communales à Namur.

Le problème est pourtant plus ancien. En résumé : certains membres du conseil d’administration reprochent au directeur gérant de ne pas travailler suffisamment, ce qui a donné lieu à une série d’évaluations négatives ces dernières années. Un simple conflit de ressources humaines, pourrait-on penser.

Sauf que le conseil d’administration ne serait pas libre de parole puisque le principal intéressé y est présent lorsque son cas est évoqué. Et que ses détracteurs estiment qu’il est protégé par des administrateurs de son bord politique notamment. "Faux", rétorque le président du CA Jean-Marc Toussaint, PS lui aussi. "Et puis Olivier Anselme sortait pendant les délibérations. Un commissaire a attesté auprès de la Société wallonne du logement que tout est fait dans les règles."

Lorsqu’il a été question de sanctions, voire d’un licenciement, la discussion a été reportée en raison de l’échéance électorale. C’est sans doute ce paravent qui a poussé les administrateurs à réagir juste avant les vacances : Patrick Defoux, Geneviève Delcomenne et Michel Grawez ont démissionné à quelques jours d’intervalle.

"Ce n’est pas correct : le CA était d’accord pour attendre décembre 2018 avant de prendre une décision", affirme Jean-Luc Toussaint.

Les tensions ont été évoquées par L’Avenir la semaine dernière, provoquant une réunion d’urgence du conseil d’administration ce mercredi soir. Où il devait être question de la position du CA face au conflit qui oppose le directeur gérant à un ou plusieurs administrateurs, et surtout des "fuites" et de leurs suites.

Le président du CA nie tout dysfonctionnement au sein du foyer jambois. "Il fonctionne bien. J’assumerai mon mandat jusqu’au bout", assure-t-il encore.

Le reste du dossier avec la réaction d'Eliane Tillieux, le contexte historique et les poursuites possibles dans le journal du jour.