Namur L’absence de précipitations pourrait provoquer la fermeture de certains tronçons

Comme chaque année, les loueurs de kayaks sur la Lesse se frottent les mains lorsque le soleil est présent plusieurs jours, voire plusieurs semaines consécutives. Mais comme chaque année, l’inquiétude grandit en l’absence de précipitations.

Depuis la mi-juin, les jours de pluie se comptent sur les doigts de la main. La rivière s’assèche et le débit de l’eau ne fait que de diminuer avec, à l’horizon, un risque de fermeture de certains tronçons. "On est actuellement à 2m³/sec alors que le début minimum pour la pratique du kayak est de 1,5m³/sec. C’est limite, mais cela reste praticable. On conseille néanmoins aux kayakistes de rester au milieu de la Lesse", explique Olivier Pitance de Dinant Evasion.

À en croire les prévisions météorologiques, quelques gouttes de pluie pourraient arriver par endroits. Mais pas avant ce week-end. Et a priori rien d’exceptionnel. Pas de quoi faire remonter le niveau de la Lesse, donc.

"Pour l’instant, on est encore bon pour 10 jours de navigation. Aucun tronçon n’est fermé. Mais on est comme les agriculteurs, la pluie sera la bienvenue." Cet exploitant de kayaks sur la Lesse est en tout cas satisfait de cette première partie de saison et de cette première quinzaine de juillet. Pour rappel, la nouvelle législation en vigueur lui permet une mise à l’eau quotidienne de 1.369 kayaks avec, pour 20 jours de grande affluence, une mise à l’eau quotidienne de 1.825 kayaks. "En semaine, c’est assez calme avec un taux d’occupation de 35 %. Par contre, les week-ends, c’est chaud. C’est une première partie de saison exceptionnelle. Mais lorsque le climat nous est trop favorable sur une longue durée, on doit souvent fermer quelques jours à cause du manque d’eau. L’un compense l’autre", conclut Olivier Pitance.

S.M