Namur Malgré son expulsion du parti par Olivier Maingain, l’élue refuse de quitter le groupe au conseil.

On pensait l’affaire Kinet terminée avec l’annonce de son éviction par Olivier Maingain. La conseillère exclue du MR lors de la législature précédente allait de nouveau siéger comme indépendante. Sauf que la principale intéressée entend rester dans le groupe Défi.

Françoise Kinet n’a pas souhaité répondre à nos questions mais explique à nos confrères de La Meuse son intention de rester dans le groupe Défi. " Je n’ai reçu aucun courrier concernant l’exclusion de mon parti. Et personne n’a voté mon exclusion du groupe au conseil ", dit-elle. Ce qui semble normal à ce stade : pour que les autres conseillers Défi votent son exclusion, il fallait d’abord qu’ils prêtent serment. Une exclusion qui risque de ne pas arriver tout de suite : Françoise Kinet est toujours fort proche de son ami Bernard Ducoffre. Et le chef de groupe Pierre-Yves Dupuis avoue qu’il n’a pas envie de le brusquer en lui demandant de choisir son camp. Or il a besoin de la majorité du groupe pour voter l’exclusion.

" Que Françoise Kinet soit assise à la droite ou à la gauche du PTB ne change rien pour nous, finalement. Si elle a envie de rester artificiellement dans le groupe Défi, de nous regarder jouer sans toucher la balle, ça ne me dérange pas. Elle ne peut pas nous poser de problème parce qu’elle n’a aucune commission lui étant attribuée, qu’elle ne participe pas à nos réunions préparatoires du conseil, qu’elle ne reçoit plus rien ni du parti ni de la section locale. Et si jamais elle devait voter différemment du groupe Défi au conseil, nous préciserions bien qu’elle vote en tant que Françoise Kinet et non sous la bannière Défi ", lance Pierre-Yves Dupuis, qui avait envoyé au parti une pétition de 44 signatures (sur les 47 de la liste) pour demander l’éviction de la deuxième sur la liste.

Dans les rangs des autres partis, le ridicule de la situation fait sourire. Sous des dehors résignés, on sent Pierre-Yves Dupuis rire jaune : ce n’est pas avec ce genre de rebondissements que Défi va asseoir sa position au conseil.

Magali Veronesi