Namur

Le papa d'Anne Barzin était une figure politique libérale importante à Namur

© DR

Jean Barzin, père de la sénatrice et première échevine MR namuroise Anne Barzin est décédé ce vendredi. Il était malade depuis plusieurs années et a succombé à l'âge de 71 ans.

Membre du PRL, Jean Barzin était docteur en droit de l’Université catholique de Louvain (1970), licencié en notariat de l’Université libre de Bruxelles (1971), et avocat au barreau de Namur (1970).

Jean Barzin devint juge de paix suppléant du premier canton de Namur (1978-1982), au moment où la politique l’a déjà fortement attiré. Membre de la Commission d’Aide publique de Namur (1971-1976), conseiller communal de Namur élu en octobre 1976, il entra à la Chambre comme représentant PRL de l’arrondissement de Namur en 1981 et siège au Conseil régional wallon (1981-1985).

Non réélu en 1985, il se présenta au Sénat en 1987, et obtient le droit de siéger à la Haute Assemblée, ainsi qu’au Conseil régional wallon jusqu’à l’importante réforme des institutions et du scrutin électoral (1988-1995).

Candidat à la présidence du PRL en 1988, Jean Barzin se référait volontiers au programme du PLP de 1965. Son alliance avec Jacqueline Herzet se heurte cependant au ticket Ducarme-Duquesne qui va succéder à Louis Michel.

En mai 1995, il optait pour la Chambre des représentants et représente Namur dans la nouvelle Chambre fédérale.

En 1999, il se retirait de la politique active, laissant la voie libre à sa fille, Anne Barzin, tant au Conseil communal de Namur qu’à la Chambre.

Durant sa dernière législature, il a notamment été le secrétaire de la Commission d’enquête « bis » sur les tueurs du Brabant (1996-1997), et rapporteur régulier de la Commission de la Justice.

Jean Barzin a été élevé Chevalier de l'Ordre de Léopold.

Toutes nos condoléances à sa famille et ses proches.