Namur

L’UNamur à l’intention de proposer de nouveaux masters et bachelier. Elle est en train de déposer quatre demandes d’habilitations auprès de l’ARES (Académie de recherche et d’enseignement supérieur) en vue de lancer de nouvelles formations à la rentrée académique 2019-2020 ou 2020-2021 : le Bachelier en français-latin, le Master en Pharma, le Master en Molecular Microbiology et le Master de spécialisation en cultures et pensées cinématographiques.

L’UNamur collabore par ailleurs à deux projets de masters de spécialisation portés par d’autres universités : un Master en Droits de l’Enfant (porté par l’ULB et incluant également l’UCL, l’USaint-Louis et l’ULiège) et un Master en Philosophie et Théories Politiques (porté par l’ULB et incluant également l’ULiège). "Ce n’est que le début d’un processus que l’Université veut mettre en oeuvre, et qui vise à sortir de l’anomalie de facultés incomplètes en créant des masters là où nous avons déjà des bacheliers, des masters de spécialisation et des doctorats. Par exemple, en Faculté de droit, mais aussi en lettres dans le cadre de la future formation des enseignants, dans lequel nous sommes déjà largement reconnus (agrégations, formations continues, expertises pédagogiques)."

"La nouvelle ambition de l’UNamur passe aussi par la volonté de mener la politique de l’UNamur au travers de ce que la nouvelle équipe rectorale a appelé le triple A : Attractivité, Accueil et Agilité. Et ceci afin de nous positionner durablement dans le paysage de l’Enseignement supérieur et de la Recherche." Pour cela, la nouvelle équipe rectorale a élaboré un plan d’actions comprenant huit lignes directrices. Elles listent une série d’actes concrets à réaliser d’ici 2021 pour atteindre cet objectif du triple A.