Namur Steven Vandeput a rassuré le personnel en annonçant qu’un détachement sera maintenu

La caserne de Bastogne, qui héberge deux détachements militaires, la Base Bastogne et l’antenne du Musée royal de l’Armée, ne sera pas rayée de la carte. Le ministre de la Défense Steven Vandeput, en visite à Bastogne mercredi, a annoncé qu’elle jouera un rôle important dans le War Heritage Institute, la future institution qui reprendra les missions du MRA, du Mémorial de Breendonk et d’une partie de l’institut des vétérans.

"Le WHI aura pour objet d’élaborer et de mettre en œuvre la politique de gestion du patrimoine mobilier, immobilier et immatériel des conflits armés, sur le sol belge et impliquant des Belges à l’étranger, a-t-il précisé. Il maintiendra, à Bastogne, un détachement autonome, ce qui signifie qu’il y aura une diminution du nombre de militaires actifs. Cette diminution se fera surtout par des départs naturels."

Pour remplir l’une de ses missions, à savoir la gestion de musées et de sites, cette institution travaillera avec des sites propres, en concession ou associés.

Ainsi, à Bastogne, un site propre comme le centre de restauration des véhicules du MRA et les halls de présentation, géré par le WHI, pourrait être combiné avec la partie musée centrée sur la cave Mc Auliffe, placée en concession à la ville de Bastogne.

D’autres combinaisons pourraient être envisagées. Le ministre a précisé que l’avant-projet de loi de création du WHI est actuellement à l’examen au Conseil d’État. Il est, dès lors, "prématuré de définir le mode de fonctionnement du site".

La volonté ministérielle de maintenir un détachement à Bastogne a été qualifiée de "très bonne nouvelle" par le bourgmestre Benoît Lutgen et, la conséquence, sans doute, du soutien de nombreux Américains.

La Ville va s’associer au développement d’autres activités à Bastogne Barracks, sans doute, avec le soutien de la Région wallonne. Il n’a pas caché que d’autres engagements devraient être pris pour pérenniser le site.

Nadia Lallemant