Namur Ecolo se présente avec conviction, mais du changement dans les cartons

Les têtes de listes Ecolo pour les provinciales, pour 3 districts, ont été présentées.

Il s’agit de Philippe Grevisse et Bénédicte Rochet pour Gembloux, Georges Balon-Perin et Isabelle Gengler pour Namur ainsi qu’Hugues Doumont et Marina Mirkes pour Andenne.

" Je sais que j’avais dit que j’arrêtais la politique, c’est le cas à la commune, mais après discussion avec le parti, on s’est dit que mon expérience de conseiller pourrait être utile à la tête du district d’An denne ", explique Hugues Doumont.

" Nous ne sommes pas les plus fervents défenseurs de l’institution provinciale, il est vrai, mais nous constituons néanmoins une équipe enthousiaste, déterminée et vigilante. La province est une vieillotte et doit être en transition. Nous ne viserons pas l’intérêt des élus ni de l’institution, mais celui des citoyens", affirme Georges Balon Perin qui mène sur le district de Namur.

Son cheval de bataille, ce sont les intercommunales. "Le BEP fait partie des bons élèves. Mais d’autres comme l’INASEP paient au fixe un vice-président qui n’a d’autre rôle que de remplacer le président en assemblée lorsqu’il est absent. C’est un salaire inutile alors qu’un simple jeton de présence suffirait", plaide-t-il.

Si la culture, sur tout le territoire est boostée par des synergies, reste un enjeu important pour Bénédicte Rochet, tête de liste au district de Gembloux, l’agriculture raisonnée, l’accès des jeunes agriculteurs à la terre, les circuits courts et coopératives sont le fer de lance de Philippe Grevisse. La santé partout et pour tous est le sujet phare de Marina Mirkes qui milite pour l’aide aux médecins en zone rurale. "Rien qu’à Andenne, il n’existe plus de garde médicale le week-end. Les gens sont obligés d’aller à Namur. La province pourrait aider", renchérit Hugues Doumont.

M.V.