Namur Il est entièrement autonome et automatisé pour faire du contenu télé, radio et web


La RTBF inaugure officiellement ce jeudi soir son nouveau studio à Namur. Situé avenue Golenvaux comme le studio Vivacité, il aurait pu s'appeler Studio Namur Capitale, mais a finalement été baptisé Studio Namur 360. Parce qu'il propose des contenus à 360 degrés: des images télé, du son radio et de l'audiovisuel pour le web, les réseaux sociaux ainsi que les plateformes qui vont arriver dans le futur.

"Comme dans un studio similaire à Reyers et un autre à Charleroi, ce studio est autonome et automatisé. Tout fonctionne à distance avec un seul bouton qui allume à la fois l'éclairage pour les visages, l'habillage lumineux du studio, les caméras, les micros et l'enregistrement", souligne Jean-Pierre Jacqmin, le directeur Info-Sport de la RTBF.  Concrètement, le studio sert déjà à Terry Lemmens pour la rubrique Namur Gourmande dans Aller-retour sur Vivacité, à Bertrand Henne pour son rendez-vous wallon du vendredi et sur la Première et aux Pigeons pour certains tournages à destination de la Une.

A l'avenir, ce nouveau joujou audiovisuel pourra être utilisé pour interviewer des invités en direct pour le JT de 19h30, servira lors des débats de soirées électorales... Etant donné l'évolution institutionnelle belge, la place de plus importante de la région wallonne tant sur le plan politique qu'économique, de plus en plus d'interlocuteurs sont présents à Namur, ce qui justifie la création de ce nouveau studio à côté de celui de Vivacité.

Le studio Namur 360 peut accueillir un présentateur et jusqu'à 5 invités. "Il y a 7 caméras: une pour chaque invité et une qui filme le studio dans son ensemble. Il n'y a besoin de personne pour faire le mixage: celui-ci est préétabli. Les caméras se mettent en route dès que le micro est utilisé. Au bout de 10 secondes de parole, un plan de coupe de l'ensemble du studio s'insère pour aérer l'image", explique Didier Coppens, chef des opérations info.

Cet investissement à la RTBF Namur n'est pas majeur comme ceux de Liège ou Charleoi, mais pas anecdotique non plus. "L'ensemble de l'équipement aura coûté environ 150.000€", précise Nancy Kamal, chef de projet technologie et exploitation.



Video: Pierre-Yves Millet et Terry Lemmens de Vivacité sont ravis de ce nouvel outil