Namur Baptisé Flory, la mascotte de Floreffe permettra de dynamiser le tourisme local

Créé en 2015 à l’occasion de la Coq(s) Parade initiée par la Fédération du tourisme de la province de Namur, le coq décoré par le dessinateur Sébastien Limbourg (Kahef) est installé depuis 2016 au rond-point de la rue Emile Romedenne, en plein centre de Floreffe. L’Office du tourisme local a décidé de lui donner vie pour accompagner les enfants et les familles venus découvrir les nombreux trésors dont dispose l’entité.

Kahef a été chargé de transformer Flory en personnage de BD, de créer un personnage secondaire, son compagnon la grenouille Froggy, et de réaliser les illustrations des cartes et carnets d’énigmes.

Jean-Philippe Dave, patron de l’Office du tourisme et initiateur du projet, nous a confié que "Flory sera de tous les événements et fera sa première apparition à l’occasion de la brocante des 20 et 21 mai prochains. Il invitera les enfants à mettre un bracelet pour retrouver leurs parents si nécessaire et ils pourront faire un selfie avec leur nouveau héros." Il fait partie d’un projet de tourisme scolaire décliné en tourisme familial à Floreffe. Il permettra aux plus jeunes, via une application et un sac découverte, de parcourir Floreffe et d’en appréhender les richesses naturelles et patrimoniales.

"Le super-héros sera le fil conducteur, le détective de ces aventures à destination des enfants floreffois d’abord car le but est de leur permettre de mieux connaître leur cadre de vie, de visiteurs extérieurs ensuite", précise le patron de l’Office du tourisme.

Pour inviter les enfants au cœur de leurs aventures, Flory et Froggy aimeraient disposer d’une véritable panoplie de super pouvoirs : cartes postales et badges à leur effigie, masques et crayons frappés de leur sceau, peluches pour les tout-petits, sacs de découverte contenant notamment des cartes de chasse aux trésors pour les plus jeunes, carnets d’énigmes pour les plus grands ou une application de jeu sur smartphone Les Mystères de Flory pour les plus branchés. C’est précisément pour acquérir ces outils qu’une plateforme de crowdfunding public vient d’être lancée par le BEP.

Via cette plateforme de financement participatif, le projet espère récolter 8.500 euros d’ici la mi-juin. Lancée depuis vendredi, la récolte affiche déjà 505 euros.

En savoir plus : www.cilo.bep.be

JDC