Namur

D’autres affaires risquent également d’ébranler les tribunaux ces prochains mois.

Le meurtrier présumé de Marc Dascotte, 23 ans, abattu par balle le 27 août 2016, à Spy (Jemeppe-sur-sambre), comparaîtra devant la chambre du conseil de Dinant le 25 septembre prochain, a-t-on appris auprès du parquet de Namur. Et ce, sous réserve de demande de devoirs complémentaires éventuels.

Pour rappel, les faits s’étaient déroulés au cours d’une réception d’un mariage où une soixantaine de personnes étaient conviées, appartenant principalement au milieu des Hell’s Angels. En cours de soirée, Francis E, né en 1971, aurait ouvert le feu touchant par deux fois Marc Dascotte. L’une des balles avait atteint la tête de la victime ne lui laissant aucune chance de survie. Le suspect Interpellé quelques jours plus tard nie les faits.

Le réquisitoire du parquet a été tracé et vise une prévention de meurtre et d’armes. Le ministère public sollicite un renvoi devant la cour d’assises.

Affaire René Tonneau

La comparution en chambre du conseil de l’ancien comptable de l’Office wallon des Déchets (OWD), soupçonné d’avoir détourné deux millions d’euros, est momentanément reporté pour demande de devoirs complémentaires. « Il s’agit de quelques devoirs précis, mais qui devraient être réalisés assez rapidement », a précisé le procureur du roi de Namur, Vincent Macq.

« Dans cette affaire, nous ne sommes plus à quelques mois près, donc il vaut mieux arriver avec un dossier en béton pour ne pas retardé de plus belle ce dossier », a-t-il ajouté.

L’affaire Lauredana bientôt clôturée.

Le dimanche 19 mars 2017, la petite Lauredana alors âgée de 19 mois est hospitalisée d’urgence et semble s’être noyée dans son bain. Pourtant quelques jours plus tard et après son enterrement, plusieurs proches suspectent un meurtre. Une plainte est déposée et la police interroge les parents de la fillette. Avec des versions contradictoires et se rejetant la faute l’un sur l’autre, ils sont finalement privés de liberté.

Aujourd’hui en liberté conditionnelle, ils comparaîtront prochainement devant la chambre du conseil. Ceci dit, alors que le dossier avait été communiqué, le magistrat a sollicité des devoirs complémentaires en considérant que des imprécisions subsistent au niveau des expertises. L’enquête est cependant presque terminée, affirme le parquet.

Les deux arrondissements de Liège et Namur touchés par des vols de câbles

Depuis plusieurs mois, et encore ce vendredi dans la région de Liège, le rail wallon est touché par d’importants vols de câbles paralysant le réseau ferroviaire.

Pour l’instant deux arrondissements judiciaires sont touchés, à savoir Liège et Namur.

« Le phénomène n’est pas nouveau », rappelle Vincent Macq. « Il y a quelques années, des centaines de vols de ce style ont eu lieu ».

Actuellement, la police et la justice tentent ensemble de comprendre le phénomène. « Il y a un vrai travail d’enquête, mais nous n’avons pas encore pu établir une quelconque relation entre les deux dossiers ».

Le problème est double dû non seulement à la longueur du réseau ferroviaire, mais aussi au professionnalisme des voleurs. « Ils travaillent de façon très organisée avec un outillage très impressionnant, mais cela n’est pas spécialement le cas sur tous les faits. Il est donc difficile de dire si tous les faits sont liés », explique le procureur.

Une priorité est cependant mise sur ce phénomène suite aux dégâts que cela occasionne.

Meurtre de Marc Hallaux : le réquisitoire est tracé

Le 3 septembre 2017, Marc Hallaux avait été retrouvé mort à son domicile à Naninne. La scène de crime était particulièrement horrible puisque l’auteur avait utilisé le sang de la victime pour écrire « Mort au traitre, Allah Akbar ».

La victime est morte poignardée semblerait-il par un rival amoureux.

Ce dernier a été rapidement suspecté et privé de liberté. Actuellement, réquisitoire du parquet est fin prêt et portera sur un assassinat ainsi qu’un prévention d’armes et de vols.

Le dossier devrait prochainement être introduit en chambre du conseil.