Namur Le temps d’un téléfilm sur un viol qui a changé la législation française

Les faits datent de 1978. Deux jeunes touristes belges séjournent dans le sud de la France. Elles font du camping dans une crique naturiste. Hélas, elles attisent sans le vouloir l’excitation de 3 gaillards qui vont les violer à plusieurs reprises et les laisser quasi pour mortes. Le procès de leurs violeurs se déroule 2 ans plus tard, devant le Tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence.

Les victimes sont défendues par Me Gisèle Halimi, une avocate féministe qui sera plus qu’outrée par le comportement des magistrats, très machistes, qui laisseront planer d’horribles doutes sur le consentement des jeunes femmes. Ce procès aura une influence sur la législation française qui, désormais, jugera le viol comme un crime méritant la Cour d’Assises (au contraire de notre pays, NDLR).

Si la production est restée très évasive sur le casting, il est aisé de deviner que Clotilde Courau jouera le rôle de Me Halimi. Sans doute Hyppolite Girardot jouera-t-il un rôle d’avocat ? Il est plus difficile de deviner le rôle de Romane Bohringer… Deux jeunes comédiennes belges tiendront le rôle des victimes :

Bérangère Mc Neese et Camille Sansterre ne devront pas forcer leur jeu : elles semblent déjà avoir ce caractère jovial et primesautier des deux touristes. La question que tout le monde se pose : Pourquoi Namur ? "Parce que le réalisateur est tombé amoureux de notre Palais de Justice et qu’il correspondait à celui d’Aix-en-Provence en 1980. Nous avons recruté 350 figurants", nous précise Jean-Yves Dupuis, directeur de la Production pour notre pays. "Les vêtements sont fournis par la production et correspondent à la fin des années 70. Il faut souligner que nous avons employé 65 techniciens, plus qu’à l’ordinaire, pour gagner du temps lors des montages-démontages du matériel". Et de poursuivre : "Nous avons l’obligation de dégager le parking après le tournage qui s’est terminé à 3 h du matin". Ça doit leur faire de rudes soirées !

R.Tom