Namur La cheffe de groupe estime qu’il y a un manque de professionnalisme dans la gestion des marchés publics

Alors que l’on pensait déjà avoir tout vécu et que les Namourettes pourraient cette année faire oublier les ennuis de 2017, l’attraction a décidément du mal à reprendre l’eau. Leur retour était annoncé pour le 30 juin, mais force est de constater que les petits bateaux de plaisance ne sont pas encore sortis de l’entrepôt.

Le problème n’est ni technique, mais administratif. "Nous n’avons aucun souci avec la tutelle cette année, mais le changement d’opérateur engendre des formalités complémentaires spécifiques aux Namourettes qui retardent leur mise à l’eau", explique-t-on au cabinet de l’échevine du tourisme Patricia Grandchamps.

En juin , nous apprenions en effet que le marché des Namourettes avait été attribué à un nouvel exploitant. Une première depuis presque 15 ans, mais qui engendre des imprévus. "I l nous manque le certificat d’immatriculation des Namourettes. Il était difficile d’anticiper cette formalité dans la mesure où nous ne savions pas à qui allait être attribué le marché. Nous n’avons pas eu de problème pendant 15 ans car c’était le même opérateur, et forcément en cas de changement, il y a des ajustements à faire. L’an prochain, cela ne devrait plus se reproduire", confirme-t-on.

Une situation qui fait réagir du côté de l’opposition. Le PS n’est cependant pas étonné de cette situation, qualifiée de "mauvaise gestion des marchés publics". "Ce n’est pas la première fois et l’annonce a été tardive", déclare Eliane Tillieux, cheffe du groupe PS. "Ce n’est pas le côté administratif le problème, mais bien la gestion politique de certains dossiers, dont celui des Namourettes."

Pour l’opposition , il y a un "manque de professionnalisme dans la gestion des marchés publics à Namur". "J’ai bien conscience que c’est une réaction dure, mais on doit pouvoir gérer une saison touristique correctement et être prêt en temps voulu", poursuit-elle. Et d’ajouter : "On veut construire un téléphérique à Namur, mais on ne sait même pas gérer un marché comme les Namourettes."

Toujours est-il que du côté de la Ville, on affirme que la mise à l’eau est imminente, mais le cabinet ne préfère plus annoncer de date.

L.Do.