Namur

Des peines allant de 5 à 18 ans de prison ont été requises.

Entre décembre 2016 et avril 2017, une vague de braquages a éclaté dans les provinces de Namur et de Hainaut. Plus particulièrement dans des grandes surfaces situés le long de la N5. Au total, huit braquages ont été commis. Deux au Aldi de Gerpinnes, les autres aux Aldi de Philippeville, Marcinelle et Montigny-le-Tilleul, au Proxy Delhaize de Somzée (Walcourt), au SPAR de Mariembourg (Couvin) et dans une station essence de Couvin.

Pour cinq de ces braquages, deux individus sont concernés. Ils étaient cagoulés, armés d'un fusil à canon scié et d'une arme de poing. A chaque fois, ils ont pris la fuite à bord d'une Peugoet 207 qu'ils avaient car-jackée en France un peu plus tôt. Après le fait de Philippeville, les deux braqueurs ont été poursuivis par la police. Durant cette cavale, un échange de tir a eu lieu à Ham-sur-Heure. Sans faire de blessé. Leur véhicule a finalement été retrouvé incendié à Marcinelle.

Cet événement n'a toutefois pas refroidi les deux individus qui ont remis le couvert à deux reprises. En utilisant une moto cette fois. Une Yamaha R1. Ce mercredi, des peines de 18 et 15 ans de prison ont été requises à leur encontre.

Deux autres individus étaient poursuivis pour le braquage de la station service de Couvin. Des peines de 5 ans ont été requises. Enfin, une dame à qui il est reproché d'avoir fourni deux armes aux deux principaux braqueurs, risque elle aussi 5 ans de prison.