Namur Le propriétaire du terrain où ils se sont installés à Naninne ne veut pas d’eux

Un terrain est occupé par une centaine de caravanes des gens du voyage ! Déjà, sur les réseaux sociaux, fleurissent les commentaires quelque peu racistes. Les préjugés ont la vie dure ! La police ne peut pas réagir, puisque les gitans sont établis sur un terrain privé.

Le bourgmestre, Maxime Prévôt, s’était rendu sur place samedi matin pour "nouer un dialogue" avec eux : "J’ai obtenu qu’ils quittent le terrain mercredi si le propriétaire ne voulait plus les accueillir, par respect pour l’investissement que Namur a consenti en créant à Lives sur Meuse un terrain d’accueil à leur intention. Je les ai aussi convaincus que nous étions à l’avant-garde en la matière et qu’il n’y avait pas de tolérance d’implantation sur le territoire de la ville de Namur. Ils devaient respecter cet accord conclu tacitement avec leur communauté, ce qu’ils ont accepté."

Ce lundi, le propriétaire a contacté M. Prévôt pour lui signifier qu’il ne souhaitait plus héberger les gitans. Conformément à leur promesse, ils auraient dû quitter le terrain mercredi. Lundi, en fin de journée, nous avons rencontré le bourgmestre au Chemin vert. Il sortait d’une réunion avec le chef des gitans, qui rejetait d’emblée les accords de samedi sous prétexte que la discussion n’avait pas eu lieu avec le bon chef ! "Je ne me suis pas laissé faire : ils voulaient rester jusqu’à samedi. J’ai émis un ‘non’ catégorique en fixant la date ultime de leur départ à vendredi", nous a confié un mayeur quelque peu courroucé !

Le proprio a déposé en compagnie de son avocat une requête en référé devant le tribunal de Namur pour que son terrain soit libéré dans les meilleurs délais. Affaire à suivre vendredi !