Namur

L’an dernier, la Ville de Namur et le gouvernement wallon se réjouissaient de la signature d’un accord-cadre visant le financement de la restauration du Stade des Jeux et du Théâtre de Verdure de la citadelle. Classés patrimoine exceptionnel de Wallonie, l’investissement est de taille (12 millions d’euros) et les travaux le seront tout autant.

"Globalement, il n’y aura pas d’impact sur les événements organisés à la citadelle pendant encore deux ans, mais après forcément si", explique l’échevin en charge de la citadelle, Arnaud Gavroy. "Nous allons inscrire une somme de 160.000 euros au prébudget 2019 pour le préprojet ce qui permettra au futur collège d’arrêter définitivement l’orientation de la restauration", poursuit-il.

Ensuite, théoriquement, en 2020 le projet et l’obtention de permis devraient être attribués pour que les travaux débutent en 2021.

D’ici là, certains opérateurs réfléchissent déjà à l’organisation future de leur événement. C’est le cas notamment du festival Les Solidarités qui a déjà dû trouver un agencement différent suite à l’implantation du pavillon de Milan. "La question des travaux au Stade des Jeux et au Théâtre a déjà été abordée, mais nous n’avons pas encore discuté de manière approfondie sur le sujet", indique Martin Wauthy, directeur du festival. "Pour le moment, les discussions se concentrent sur notre volonté de rester à Namur. Si nous devions bouger temporairement de la citadelle, nous le ferions mais nous souhaitons vraiment rester dans la capitale wallonne", ajoute-t-il. Il est cependant trop tôt pour savoir à quoi ressemblera le festival d’ici 2 ans, "mais ce n’est ni une inconnue ni un sujet tabou et nous en discutons de manière intelligente avec la Ville", précise le directeur.

Du côté des organisateurs du Verdur 2018, la question n’a pas encore été abordée. "Nous envisageons d’office une édition 2019, et après, nous verrons en temps voulu comment s’organiser", a commenté Michel Degueldre, directeur du festival.

Quant aux organisateurs de Namur Capitale de la bière, il semble que les travaux ne soient a priori pas un problème vu l’espace dont ils ont besoin. "Nous verrons en fonction du plan des travaux", a déclaré Sébastien Legrain.

L.Do.