Namur La rédactrice en chef de MaTélé sur la liste ICI

C’était inattendu. Même de la part de l’intéressée, qui dit avoir pris sa décision ce lundi. Anne Pirson, rédactrice en chef de la télévision locale MaTélé se présentera aux élections communales à Ciney, sur la liste ICI (Intérêts communaux cinaciens) emmenée par Frédéric Deville. Elle a été relevée de ses fonctions. Rencontre.

Vous lancer en politique, vous y pensiez depuis longtemps ?

"Non, ce n’était pas du tout prémédité. J’y pensais cependant très sérieusement depuis quelques jours, je m’étais donnée le week-end pour réfléchir et prendre une décision. L’annonce officielle a eu lieu lundi."

Vous aviez déjà été approchée par le passé ?

"Lors d’autres élections, oui, et par plusieurs listes différentes. Notamment une (celle de Jean-Marie Cheffert, NdlR). Mais jusqu’ici, j’avais toujours décliné ce genre d’invitation. Toutefois, même si notre profession est particulière, j’ai toujours considéré qu’un journaliste est aussi un citoyen à part entière."

Certains métiers sont totalement compatibles avec un mandat politique, pas le vôtre. La décision a été facile à prendre ?

"Évidemment, c’est nettement plus facile si l’on n’est pas journaliste. C’est une décision qui a des conséquences pour le média dans lequel je travaille, et pour moi à titre personnel. Je ne participerai plus aux réunions de rédaction jusqu’à la fin de l’année, tout comme je n’assumerai plus la fonction de rédactrice en chef. Pour la suite, on verra. C’est au conseil d’administration d’en décider, il ne s’est pas encore réuni."

Qu’est-ce que la candidate Anne Pirson veut apporter à Ciney ?

"Je vois Ciney comme une ville à haut potentiel. On doit la développer économiquement, mais aussi stimuler davantage son tissu associatif qui est très dense. On sait tous que les temps sont difficiles pour les communes, en particulier sur le plan financier. Mais il existe des petites actions qui ne demandent pas de moyens gigantesques, et qui sont très utiles. Je fais un travail de proximité depuis 17 ans, cela m’a convaincue que c’est la meilleure manière de toucher les gens, de changer leur quotidien."

L.S.