Namur À Namur, le MR est mûr, mais il mise sur les jeunes dans l’âge et dans la politique

Après le CDH et le PS, le MR a dévoilé sa liste pour les élections communales. Entre de nombreux sexagénaires (et quelques septuagénaires) et une flopée de vrais jeunes, les libéraux font le grand écart. "Douze candidats ont moins de 35 ans dont sept se trouvent parmi les vingt premières places", fait remarquer Luc Gennart (2e) qui mène la liste derrière Anne Barzin (1re). "Ving-huit personnes se présentent pour la première fois, soit 60 % de la liste", poursuit-il.

À l’exception de Dimitri Lhoste, conseiller depuis onze ans qui ne rempile pas, tous les échevins et conseillers se représentent en bonne place : Bernard Guillitte (4e) derrière la députée provinciale Coraline Absil (3e), Eric Mievis (6e), Anne Vanbrabant (7e), Étienne Nahon (8e), Xavier Gérard (10e), Chantal Istasse-Joly (11e).

Dans cette liste aux profils assez variés, on trouve un tiers de professions libérales dont onze candidats travaillent dans le secteur (para) médical.

Des retraités, des juristes, des professeurs, quelques chefs d’entreprise (comme Laurence Genot de Nami’Drinks) et commerçants (François Mukendi de Saveurs d’Afrique 28e et Marie-Frédérique Charles de la maison Antoine 45e) que l’on pouvait espérer plus nombreux. Et une personnalité qui a quitté le PS il y a six ans pour rejoindre le MR en dernière position : l’ancien échevin Bernard Poncelet.

Avec cette liste qu’elle estime forte, la chef de file Anne Barzin espère renforcer la présence libérale dans les rangs du conseil communal. "En 2006, le MR était le 4e parti à Namur. En 2012, il est devenu le 3e parti. On espère progresser encore", affirme-t-elle sans citer de chiffres.

À Namur, le MR occupe trois échevinats et six sièges de conseillers. Il se dit satisfait du bilan de la Ville et surtout de ses échevinats : la poursuite du réaménagement de la maison des citoyens, les travaux réalisés dans plusieurs écoles communales, la réalisation du plan voiries, la redynamisation du marché de Namur, la végétalisation des cimetières communaux, la gestion zéro phyto, l’implantation de toilettes publiques…

"Les candidats du MR souhaitent s’inscrire dans la continuité des actions menées et poursuivre le développement de notre Ville Capitale régionale, tout en améliorant davantage encore la qualité et le cadre de vie de ses habitants, qu’ils habitent le centre ou la périphérie", assure Anne Barzin qui promet un programme namurois dans quelques semaines.