Namur Heureusement, les deux embarcations ont été réparées et circulent à nouveau

Il est des symboles qui tiennent au cœur des Namurois. Parmi eux : les arbres, les statues… Mais aussi les Namourettes.

Chaque année, les Namurois sont attentifs à leur retour sur la Sambre et la Meuse en passant par le Confluent. Même s’ils ne l’empruntent pas tous forcément, (NdlR : elles ne peuvent prendre que 12 passagers) ils aiment voir les vaporettos namurois dans le paysage estival. Manque de chance ou de prévoyance, coup de la minorité auprès de la tutelle… Les retards et obstacles se sont multipliés l’an dernier. À tel point que les Namourettes n’ont pu circuler qu’à partir du 21 juillet.

Cette année, elles ont démarré, à nouveau avec du retard, le deuxième week-end de juillet. Mais rebelote, même si le marché a été attribué sans être casé par la région wallonne, les péripéties se poursuivent. Dernière en date : une panne qui a touché deux embarcations sur trois, impliquant une fréquence deux fois moins importante, deux semaines à peine après leur mise l’eau. Voilà de quoi frustrer les Namurois comme les touristes qui voulaient embarquer. "Les réparations ont été réalisées rapidement et elles circulent normalement", rassure l’échevine du Tourisme Patricia Grandchamps.

Les touristes attirés par les festivités du 21 juillet ont donc pu naviguer sans encombre. Jusqu’à la prochaine tuile ? Les Namurois comme l’office du tourisme espèrent qu’il n’y en aura pas."Avec le beau temps, le tourisme est en hausse à Namur. On entend beaucoup plus de langues étrangères dans les rues du centre et les Namourettes sont prises d’assaut", confirme Patricia Grandchamps.

M.V